Ecoutez Radio Sputnik
    L'Assemblée nationale (France)

    L’Affaire Benalla sauve une députée LREM de l’exclusion

    © REUTERS / Charles Platiau
    International
    URL courte
    Elliot Lelievre
    353

    Jean-Michel Clément avait voté contre le projet de loi asile-immigration en première lecture, mais le texte est revenu à l’Assemblée nationale le 31 juillet dernier. Et une fois de plus, un député a osé s’opposer à Richard Ferrand. Aina Kuric a voté contre, mais elle ne sera pas exclue du groupe, grâce à sa discrétion, mais aussi au BenallaGate.

    Vous vous souvenez de Jean-Michel Clément, ce député de La République en Marche qui avait osé voter contre le projet de loi asile-immigration le 22 avril dernier et qui s'était par la suite mis en retrait du groupe de la majorité?

    La scène aurait pu se répéter le 31 juillet dernier. En effet, la députée LREM de Aina Kuric a voté contre le texte en nouvelle lecture. Elle ne devrait pourtant pas être exclue, malgré les déclarations de Richard Ferrand qui estimait que voter contre un texte de la majorité revenait à commettre un «péché mortel».

    Empêtré dans l'affaire Benalla, le parti de la majorité a fait le pari de ne pas sanctionner l'élue qui a voté contre le texte, après s'être abstenue en première lecture.

    «Le signal politique, si l'on exclut une marcheuse historique, après avoir défendu voire couvert Alexandre Benalla, serait incompréhensible. On a besoin au contraire de montrer qu'on est lucides et ouverts aux critiques. Sinon, le mouvement de réformes s'arrêtera», estimait un cadre de la République en Marche cité par l'AFP.

    Au lieu de l'exclusion promise, la députée de la Marne a reçu un simple «rappel au règlement» de la part du président du groupe En Marche! à l'Assemblée.

    La situation politique est délicate, puisque l'affaire Benalla, dévoilée le 18 juillet dernier par Le Monde a fragilisé l'exécutif et le groupe de la majorité. Dans le même temps, le député LREM frondeur, Jean-Michel Clément, a annoncé dans une interview à Politis qu'il souhaitait créer un groupe parlementaire d'opposition regroupant «des élus qui viennent de La République en Marche, mais pas seulement».

    Pour ne pas entraîner de fronde massive, le chef du groupe En Marche! à l'Assemblée aurait donc décidé de mettre de l'eau dans son vin, d'autant que la députée de la Marne a annoncé ne pas avoir voté «contre son groupe», mais «contre le fond». Les députés LREM ont apparemment pris note, puisque son maintien aurait été décidé «à l'unanimité».

    Si le contexte politique joue indéniablement en faveur d'Aina Kuric, le vice-président du groupe La République en Marche déclarait à l'AFP qu'elle n'avait pas été exclue, car elle n'avait pas médiatisé sa décision:

    «Elle n'a pas cherché la publicité de son vote […] elle n'a pas fait le début du millième de commencement d'une offensive contre le groupe, elle a expliqué son attachement au droit du sol par ses origines malgaches», estimait-il auprès de nos confrères de l'AFP.

    Exclue du groupe ou non, l'audace d'Aina Kuric de s'opposer à Richard Ferrand s'inscrit dans la ligne tracée par Jean-Michel Clément il y a un peu plus de trois mois et vient confirmer l'analyse qu'avait faite Frédéric Saint Clair, écrivain et conseiller de Dominique de Villepin, dans nos colonnes. Il y observait:

    «Au fil du temps, les désaccords [entre l'exécutif et les députés de la majorité] croissent. Nous sommes quand même dans une dynamique de clivage. Et comme cette majorité n'a pas d'enracinement partisan profond comme pouvaient l'avoir les partis traditionnels de droite et de gauche, on vise l'éclatement de la majorité.» 

    Lire aussi:

    Loi Asile et immigration: Fronde ou frondinette chez les députés LREM?
    Un député LREM veut créer un groupe parlementaire… d'opposition
    Nomination de Ferrand, un «fait du prince» de la part de Macron
    Tags:
    loi, demande d'asile, La République en Marche! (LREM), Alexandre Benalla, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik