Ecoutez Radio Sputnik
    Un scorpion

    Alerte aux piqûres de scorpion dans les régions rurales du Maroc

    © REUTERS / Faisal Al Nasser
    International
    URL courte
    255

    Les piqûres de scorpion dans les régions rurales du Maroc, en particulier l’été, sont un véritable problème sanitaire. C’est ce qui ressort du numéro spécial de la revue Toxicologie Maroc publiée par le Centre Anti-Poison et de Pharmacovigilance du Maroc (CAPM) et dont le site d’information H24 se fait l’écho dans son édition du 2 août.

    Dans certaines régions du Maroc, les piqûres de scorpion «représentent la première cause d'intoxications déclarées». C'est ce qu'indiquent les statistiques du Centre Anti-Poison et de Pharmacovigilance du Maroc (CAPM), publiées dans un numéro spécial de sa revue Toxicologie Maroc, et reprises par le site d'information marocain H24 dans son édition du 2 août.

    Selon le média, cette situation est causée par plusieurs facteurs dont le plus important est le climat. «Certaines régions du Maroc ont un climat sec et aride, sa particularité écologique (massifs montagneux, plateaux, plaines et dunes littorales) [est] à l'origine d'une biodiversité des plus riches et des plus diversifiées d'Afrique du nord et du pourtour méditerranéen», a écrit le site d'information.

    Selon H24, ce sont les régions rurales du pays qui sont les plus exposées aux risques d'intoxication causées par les piqûres de scorpion.

    Concernant la catégorie d'âge la plus concernée, le média affirme que «parmi les piqués, les enfants âgés de 15 ans ou moins représentent 27,15% de la population piquée», citant l'étude effectuée par le CAPM entre les années 1990 et 2017, publiée dans le même numéro spécial de sa revue. «Cette fréquence chez l'enfant a nettement diminué d'anné[e] en anné[e]», est-t-il précisé.

    L'étude réalisée par le CAPM relève que «ces piqûres sont dues à un scorpion noir dans 68 % des cas, qu'elles sont d'origine rurale dans 70% des cas, et qu'elles surviennent à domicile dans 77 % des cas», précisant que «la piqûre survient entre 18 h et 6h dans 70 % des cas et touche les parties distales dans 70% des cas».

    Concernant les périodes de l'année où le taux de piqûres de scorpion est le plus élevé, H24 note que «les piqûres s'observent particulièrement entre avril et octobre (75 %) avec un pic entre juillet et août (48%), en raison de l'intense activité du scorpion à cette période».

    En conclusion, présentant la cartographie des régions les plus exposées aux piqûres de scorpion, le site d'information indique que «la région la plus à risque est celle de Marrakech Safi avec 28,5% de cas recensés, suivie de la région Souss Massa (21%), Draa Tafilalt (15%), talonnée par Béni Méllal Khénifra (14%), Casa Settat (10%) et Fès Méknès (2%).»

    Lire aussi:

    Piqué sept fois par un scorpion, un nourrisson survit au Brésil
    Période difficile pour United Airlines: cette fois un passager a été piqué par un scorpion
    L’amour de cette Thaïlandaise pour les scorpions bat tous les records
    Tags:
    toxines, piqûre, scorpion, Maroc
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik