Ecoutez Radio Sputnik
    Image d'illustration

    L’Iran fait connaître la condition de son retrait de Syrie

    © REUTERS / Morteza Nikoubazl
    International
    URL courte
    151073

    La République islamique d’Iran envisage-t-elle de réduire sa présence en Syrie ou de s’en retirer, mesure sur laquelle insistent plusieurs États, dont les USA? Aux yeux du porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, c’est la stabilisation de la situation en Syrie et la victoire sur le terrorisme qui rendront ce scénario possible.

    Téhéran diminuera sa présence en Syrie ou en quittera complètement le territoire quand la situation se sera stabilisée et que la lutte contre le terrorisme touchera à sa fin, a déclaré le porte-parole de la diplomatie iranienne Bahram Qassemi.

    «Tant que le gouvernement syrien continuera à le souhaiter, nous resterons dans ce pays. Outre la réponse à la demande des autorités syriennes, notre principale mission a été la lutte contre le terrorisme. Dès que nous constaterons que la Syrie est proche d’une stabilité relative, que la lutte antiterroriste touche à sa fin et que les succès importants seront consolidés, nous pourrons certainement réduire notre présence consultative en Syrie, ou nous en retirer», a indiqué le diplomate à l’agence Pana. Le texte de sa déclaration est en outre en ligne sur le site du Ministère iranien des Affaires étrangères.

    À la mi-juillet, Ali Akbar Velayati, conseiller du Guide suprême de la Révolution iranienne, l'ayatollah Ali Khamenei, a déclaré que l’Iran maintiendrait sa présence en Syrie pour éviter que les terroristes n’y intensifient leurs activités. Et d’ajouter que la République islamique était présente en Syrie à la demande du gouvernement syrien, attirant l’attention sur le fait que les appels à son retrait de ce pays formulés par plusieurs pays, dont les États-Unis, étaient absurdes. Il a en outre précisé que la présence en Syrie n’avait aucun rapport avec Israël.

    L’État hébreu a à plusieurs reprises exprimé sa préoccupation au sujet de la présence iranienne en Syrie, considérant qu’elle représentait une menace pour lui et a averti que toute tentative des miliaires iraniens pour consolider leurs positions près de la frontière israélienne se heurterait à des mesures préventives.

    En dépit des assertions d'Israël, Téhéran insiste sur le fait qu’il n'y a pas de troupes iraniennes en Syrie, mais uniquement des conseillers militaires.

    Lire aussi:

    Téhéran annonce les conditions du retrait de ses troupes de Syrie et d’Irak
    Netanyahu promet de contrer «l'agression de l'Iran en Syrie et partout ailleurs»
    Netanyahu s’exprime sur la présence militaire iranienne en Syrie
    Tags:
    stabilisation, conseillers, retrait, Bahram Qassemi, Damas, Iran, Israël, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik