Ecoutez Radio Sputnik
    Le roi Mohammed VI du Maroc

    Maroc: le roi Mohammed VI «aime le pouvoir, mais pas le travail qu’il implique»

    © AFP 2018 FETHI BELAID
    International
    URL courte
    214444

    Si le roi Mohammed VI est souvent absent au Maroc, c’est parce que c’est un souverain qui tient au pouvoir mais sans fournir beaucoup d’efforts pour assumer sa tâche de chef d’État, a affirmé un ancien grand reporter du journal espagnol El Pais, précisant que le roi n’avait passé que 20 jours au Maroc sur les quatre premiers mois de 2018.

    Bien qu'il aime le pouvoir, le roi du Maroc Mohammed VI n'est pas très enclin à se donner à fond dans sa tâche de chef d'État, a expliqué Ignacio Cembrero, ancien grand reporter du journal El Pais, le 3 août, dans un entretien accordé au quotidien belge Le Soir, s'exprimant sur les absences prolongées du souverain. Selon ce journal, M.Cembrero «s'est taillé la réputation, en deux décennies, d'être le meilleur spécialiste au monde du Maroc».

    «En résumé, le roi aime le pouvoir, mais pas le travail qu'il implique», a déclaré le journaliste. «Quand je dis le travail, je ne pense pas seulement à étudier des dossiers en profondeur, présider des conseils de ministres mais aussi tout ce côté protocolaire, formaliste, solennel que la tâche revêt pour un chef d'État», a-t-il précisé.

    Selon le reporter, les absences du souverain marocain ne sont pas un fait nouveau et elles sont devenues de plus en plus apparentes depuis 2011. «Il séjourne au Gabon, à Hong Kong mais surtout en France, entre Paris et le château familial de Betz, dans l'Oise», a-t-il rappelé.

    À titre d'exemple «au cours des quatre premiers mois de cette année, il [Mohammed VI, ndlr] n'a passé que 20 jours au pays. C'est un cas unique au monde: un chef d'État qui concentre entre ses mains tous les pouvoirs, mais qui passe la moitié de son temps à l'étranger», a ajouté le spécialiste.

    S'exprimant sur la façon de gouverner du roi marocain, Ignacio Cembrero a affirmé que «le Maroc de la fin du règne de Hassan II ou, à partir de 1999, du début du règne de Mohamed VI, n'était pas une démocratie, mais il était plus tolérant». «Le régime s'est surtout durci au cours de cette décennie sans susciter la moindre critique de la part de ses partenaires européens», a-t-il souligné.

    Face à cette situation d'absences répétées et de plus en plus longues du roi Mohammed VI, le journalise a relevé l'absence de contestation de la part des élus du peuple face à la vacuité du pouvoir dans le pays. «Que dire des députés dont aucun ne s'étonne que le roi Mohamed VI passe la moitié de son temps en vacances à l'étranger?», a-t-il déclaré. Dans le même sens, il ajoute que «cela fait longtemps que les partis, à commencer par ceux de la gauche et plus spécialement les socialistes, ont renoncé à jouer leur rôle». «Le pire c'est que certains hommes politiques marocains le reconnaissent en privé mais ils ne bougent pas le petit doigt pour que cela change. C'est une classe politique qui, à quelques exceptions près, a vendu son âme», a-t-il souligné.

    Malgré l'augmentation du niveau de vie qu'a connuez le Maroc sous Mohamed VI, plusieurs régions sont en proie depuis deux ans à une ébullition sociale, à l'instar d'Al Hoceïma, Nador ou Jerada. Le boycott d'enseignes appartenant à des proches du pouvoir depuis avril dernier a, pour sa part, traduit une nouvelle mouture de la contestation, de l'avis de plusieurs observateurs.

    En dépit de concessions institutionnelles, intervenues dans le sillage des «Printemps arabes», pour conforter le pluralisme et réduire les pouvoirs royaux au profit d'un chef du gouvernement, le partage du pouvoir au sein de l'exécutif reste largement formel.

    Lire aussi:

    Dans son discours annuel, le Roi du Maroc met en garde contre «la discorde»
    L’invitation de Mohammed VI au roi Salmane à venir au Maroc, signe du dégel des relations?
    Riyad-Rabat: message du roi Salmane à Mohammed VI, que faut-il en retenir?
    Tags:
    abus de pouvoir, absentéisme, travail, vacances, roi Mohammed VI du Maroc, Maroc
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik