International
URL courte
La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (189)
6471
S'abonner

Une délégation de personnalités politiques et publiques de la République tchèque a visité la Crimée. Josef Skala, ancien vice-président du Parti communiste de Bohême et Moravie (KSCM), a fait part de ses impressions à Sputnik.

Les membres de la délégation tchèque se sont rendus en Crimée pour évaluer la situation sur place, s'entretenir avec de simples Criméens et les dirigeants de cette péninsule russe, a raconté à Sputnik Josef Skala, ex-vice-président du parti communiste tchèque (KSCM).

«La Crimée pour la Russie est à peu près la même chose que Biarritz et Saint-Tropez pour la France ou Varadero pour Cuba. Cette perle de la Russie mérite une coopération loyale de la part de chacun qui n'est pas à la solde d'une politique de mensonge prémédité», a déclaré l'interlocuteur de l'agence.

Et d'ajouter qu'après plusieurs voyages en Crimée dans la seconde moitié des années 1980, il pouvait faire des comparaisons et constater les transformations qui s'y étaient opérées depuis.

«Le célèbre camps international Artek en est une illustration particulièrement spectaculaire. Président de l'Union internationale des étudiants (UIE), j'y suis allé par trois fois. Sous les autorités précédentes, le bâtiment où nous avions été logés a été laissé à l'abandon et s'est presque réduit en ruines, ce qui rend encore plus impressionnante cette vaste rénovation du camps qui a été réalisée en 2014», a poursuivi M.Skala.

Il a rappelé que cette année, des enfants de 60 pays y passaient leurs vacances, y compris une demi-douzaine de fillettes et de garçons de la République tchèque.

Le communiste tchèque a aussi parlé avec admiration du pont de presque 20 km reliant la péninsule à la côte russe, ainsi que du nouvel aéroport de Simferopol, tout en regrettant les absurdités inventées de toute pièce par des médias mainstream en Occident.

«La Crimée produit l'impression d'un endroit très sécurisé. […] La situation avec les musulmans n'y a rien non plus à voir avec le tableau qui est présenté notamment à l'opinion tchèque. C'est justement à présent que Bakhtchissaraï, autrefois centre du khanat de Crimée, est en train de vivre un essor extraordinaire», a relevé le Tchèque.

Le défilé naval à l'occasion du Jour de la Marine russe a beaucoup impressionné les membres de la délégation.

«Ces 10 dernières années, non seulement la flotte de la mer Noire, mais toute la Marine russe connaît une vaste modernisation… Cela a largement contribué à la liquidation de groupes terroristes se livrant à des massacres en Syrie», a indiqué l'interlocuteur de Sputnik.

L'homme politique s'est dit choqué par la vengeance de la kleptocratie ukrainienne, Kiev ayant même coupé la livraison d'électricité en Crimée. Comme résultat, les Criméens n'avaient le courant que trois heures par jour.

«Les coupures d'eau courante en Crimée constituaient le même chantage», a constaté M.Skala.

La Crimée et la ville de Sébastopol sont redevenues russes à l'issue d'un référendum tenu en mars 2014. Lors du scrutin, 96,77% des votants de Crimée et 95,6% des habitants de Sébastopol se sont prononcés en faveur de la réunification avec la Russie.

Dossier:
La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (189)

Lire aussi:

«Je ne suis pas un tueur»: le Premier ministre slovaque refuse le renvoi du vaccin russe Spoutnik V
Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
Nouvelle nuit de violences urbaines en banlieue lyonnaise, plus d’une dizaine de voitures incendiées – images
Les pilotes d'un Boeing 737 MAX arrêtent un moteur en plein vol
Tags:
chantage, coupures d’électricité, vengeance, marine, visite, délégation, Union internationale des étudiants (UIE), Artek, Parti communiste de Bohême et Moravie (KSCM), Sputnik, Josef Skala, mer Noire, Bakhtchissaraï, Sébastopol, Simféropol, Syrie, République tchèque, Kiev, Ukraine, Varadero, Cuba, Saint-Tropez, Biarritz, France, Russie, Crimée
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook