Ecoutez Radio Sputnik
    Ministère russe des Affaires étrangères

    Guerre des 5 jours: Moscou nomme la principale leçon du conflit en Ossétie du Sud en 2008

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    International
    URL courte
    9190

    Les évènements tragiques survenus il y a dix ans en Ossétie du Sud sont une preuve de plus du fait qu'il est absurde de tenter de régler les conflits internationaux par la force, selon Moscou.

    L'histoire de la crise meurtrière qui a éclaté en 2008 en Ossétie du Sud nous rappelle que les tentatives de résoudre les conflits internationaux manu militari sont dénuées de sens, a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères.

    «La principale leçon des évènements tragiques de l'année 2008 consiste à nous rappeler que le recours à la force pour résoudre les conflits et différends internationaux est dénué de sens et contreproductif, surtout s'il s'agit d'une matière aussi compliquée et délicate que sont les relations interethniques», lit-on dans un communiqué ministériel diffusé à l'occasion du 10e anniversaire du conflit en Ossétie du Sud.

    Début août 2008, le jour de l'ouverture des Jeux olympiques d'été de Pékin, les troupes géorgiennes avaient attaqué la province sécessionniste d'Ossétie du Sud, détruisant une partie de la capitale Tskhinvali et tuant plusieurs représentants des forces de maintien de la paix de la CEI et de nombreux civils. La Russie a mené une opération militaire pour imposer la paix à la Géorgie.

    Quelques semaines après l'agression armée géorgienne, l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie ont proclamé leur indépendance vis-à-vis de Tbilissi.

    À l'heure actuelle, la Russie, le Nicaragua, le Venezuela, le petit État insulaire de Nauru et la Syrie reconnaissent la souveraineté de l'Ossétie du Sud, alors que la Géorgie continue de la considérer comme territoire occupé.

    Lire aussi:

    Bachar el-Assad se prononce sur le statut international de l’Ossétie du Sud
    Damas reconnaît l'Ossétie du Sud: un «acte profondément réfléchi»
    «Si l'Occident avait dit stop à Saakachvili, la guerre n'aurait pas eu lieu»
    Tags:
    conflit, indépendance, Abkhazie, Ossétie du Sud, Tskhinvali, Géorgie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik