Ecoutez Radio Sputnik
    Sanctions US

    Pourquoi les États-Unis doivent-ils arrêter d’imposer des sanctions à tort et à travers

    © AP Photo / Susan Walsh, File
    International
    URL courte
    12170

    Ces dernières années, Washington recourt massivement aux sanctions, les utilisant comme instrument de politique étrangère. Il devrait renoncer à cette pratique car lorsque les mesures économiques punitives deviennent la principale option pour chaque grief, elles perdent leur sens, selon The Atlantic.

    Le recours démesuré aux sanctions économiques punitives diminue voire annule leur efficacité, estiment les analystes du magazine mensuel américain The Atlantic Neil Bhatiya et Edoardo Saravalle

    En mars 2016, peu après la levée par les États-Unis de leurs sanctions contre l'Iran pour son programme nucléaire, le secrétaire au Trésor américain, Jack Lew, a prononcé un discours sur les leçons tirées par l'administration de Barack Obama. Les sanctions, a-t-il dit, «sont devenues une force puissante au service d'objectifs clairs et coordonnés en matière de politique étrangère», mais les États-Unis ne devraient s'en servir «que pour faire face à des menaces importantes à la sécurité nationale», ajoutant que leur gaspillage pourrait diminuer leur efficacité. Sa logique était simple: les sanctions fonctionnent parce qu'elles privent les pays ciblés de la possibilité de conclure des transactions avec les citoyens américains et les institutions financières américaines, leur coupant l'accès à la plus grande économie mondiale. Si Washington utilisait ce pouvoir avec légèreté, a suggéré M. Lew, cela pourrait encourager les pays à trouver des partenaires en dehors des États-Unis et miner l'effet dissuasif des sanctions.

    Cependant, le pouvoir tant exécutif que législatif semble avoir ignoré les suggestions de Jack Lew. Les États-Unis ont à nouveau imposé des sanctions draconiennes à l'Iran, ils ont étendu leurs sanctions contre la Russie et le Venezuela, ont poursuivi une campagne de pression économique contre la Corée du Nord et ont décidé de punir des responsables turcs pour la détention du pasteur américain Andrew Brunson.

    Ces derniers temps, les décideurs américains ne se contentent plus d'imposer des sanctions toujours plus fréquemment, ils recourent à des mesures de plus en plus radicales et accordent toujours moins d'attention aux inconvénients.

    «Les sanctions, sous leur forme la plus efficace, sont le résultat d'efforts multilatéraux visant à résoudre des problèmes de sécurité mondiale clairement exprimés et partagés. Aujourd'hui, elles deviennent des expressions stridentes de mécontentement de la part des États-Unis, isolés, et sont souvent au service de priorités nationales partisanes ce qui est une approche irresponsable qui pourrait bien neutraliser l'efficacité de ces puissants outils», signalent les auteurs de The Atlantic.

    Selon eux, par le passé Washington a coopéré étroitement avec des alliés et des organisations internationales pour mettre en place de nouveaux régimes de sanctions. Ainsi, en 2014 les États-Unis et l'Union européenne ont collaboré pour minimiser, pour leurs propres économies, le coût des sanctions imposées à la Russie en réponse à la crise ukrainienne. Une telle adhésion internationale permet de préserver de bonnes relations au sein des alliances et donne des sanctions bien réelles. Lorsque les États-Unis et l'Europe ont collaboré à des sanctions pétrolières contre l'Iran en 2012, ils ont presque réduit de moitié les exportations de pétrole de Téhéran. Ces efforts ont permis de réduire le PIB de l'Iran de 9% entre mars 2012 et mars 2014 et ont finalement contribué à amener Téhéran à la table des négociations.

    Le nouveau penchant des États-Unis pour les sanctions unilatérales compromet désormais les relations avec leurs alliés de longue date. Lorsque l'administration Trump a quitté l'accord sur l'Iran, l'UE a réagi en mettant à jour une loi interdisant aux sociétés européennes de se conformer à certaines sanctions américaines.

    Un autre problème majeur lié à l'utilisation actuelle des sanctions consiste dans le fait qu'elles soient considérées comme une fin en soi plutôt que comme un moyen de parvenir à une fin. Les sanctions visent à inciter les adversaires à venir à la table des négociations; quand elles atteignent leurs objectifs, elles devraient être levées. Par contre, attaquer chaque problème de politique étrangère avec des sanctions les rendra plus rigides et plus difficiles à lever.

    À cet effet, l'exemple des sanctions américaines contre la Russie, en lien avec les événements en Ukraine, est instructif. Ces mesures sont entrées en vigueur en 2014. Mais un an plus tard, les autorités américaines les ont assouplies, conditionnant leur assouplissement par le respect par Moscou des accords de Minsk. À mesure que les tensions avec le Kremlin se sont accentuées, les objectifs des sanctions se sont apparemment multipliés. Lorsque l'administration Trump a sanctionné les principaux oligarques russes en avril 2018, le département du Trésor a ajouté aux accusations contre la Russie concernant l'Ukraine plusieurs autres, y compris le soutien à Bachar el-Assad en Syrie, son ingérence électorale et sa cyberactivité malveillante.

    Selon les analystes, cela conduit à une dispersion des ressources. Les sanctions fonctionnent mieux quand elles sont bien ciblées et sont liées à des demandes claires. Cette approche étant susceptible de déboucher sur des accords concrets.

    En élargissant constamment leurs demandes, les États-Unis ont peut-être donné l'impression de mener des négociations de façon malhonnête et qu'au lieu de tenter de parvenir à une solution diplomatique, ils tentent simplement de punir tel ou tel pays.

    Le recours aux sanctions à tort et à travers conduit les pays et les entreprises à les considérer comme un inconvénient qu'il faut contourner. Il favorise la mise en place de nouveaux partenariats, des «coalitions de pays sanctionnés» ou des écosystèmes de pays et d'entreprises qui ont accepté leur statut de sanctionnés et existent en évitant les restrictions américaines.

    Cette situation demande un changement d'approche des sanctions aux États-Unis, qui dépend de la capacité des décideurs à parvenir à une meilleure compréhension de ces mesures, ce qui est, cependant, à douter, concluent les auteurs.

    Lire aussi:

    Nucléaire iranien: Trump promet des sanctions contre les entreprises européennes
    «Sanctions de l'enfer» ou sanctions antirusses: les analystes US désignent le vainqueur
    Moscou révèle ce que les sanctions occidentales lui ont fait comprendre
    Tags:
    efficacité, sanctions, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik