Ecoutez Radio Sputnik
    Recep Tayyip Erdogan

    La livre turque en chute libre, Erdogan constate une «guerre économique»

    © AFP 2018 ADEM ALTAN
    International
    URL courte
    12317

    Alors que la livre turque décroche face au dollar, Recep Tayyip Erdogan a assuré que son pays n'allait pas perdre «la guerre économique».

    Alors que le cours de la monnaie nationale turque continue sa chute libre par rapport au dollar américain, le Président Erdogan a promis de ne pas permettre aux Etats-Unis de triompher de la Turquie:

    «Nous n'allons pas perdre la guerre économique», a déclaré le dirigeant turc cité par la chaîne de télévision NTV.

    La livre turque a enregistré une dégringolade vertigineuse face au dollar après le refus des autorités d'Ankara de libérer le pasteur américain Andrew Brunson soupçonné de participation à une «organisation terroriste». Le vendredi 10 août, le cours de la livre par rapport au dollar a atteint un minimum historique, tombant jusqu'à 5,96 livres pour un dollar.

    Suite à l'annonce de nouvelles taxes douanières américaines sur l'acier et l'aliminium turcs, la livre a plongé davantage, jusqu'à 6,46 livres pour un dollar.

    Cette baisse survient à quelques heures d'un discours attendu du ministre du Trésor et des Finances Berat Albayrak qui doit dévoiler le «nouveau modèle économique» de la Turquie.

    Le Financial Times a pour sa part rapporté vendredi que la Banque centrale européenne s'inquiétait d'une éventuelle exposition de certains établissements bancaires européens présents en Turquie à la crise monétaire subie par ce pays.

    Lire aussi:

    Erdogan adresse une mise en garde à Washington
    La Turquie promet de réagir aux sanctions américaines imposées sur l'acier et l'aluminum
    La chute de la devise turque n’est pas passée inaperçue pour l’or
    Tags:
    guerre économique, livre turque (TRY), crise, taxes, monnaie, dollar US, Banque centrale européenne (BCE), Andrew Brunson, Berat Albayrak, Recep Tayyip Erdogan, Turquie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik