Ecoutez Radio Sputnik
    La Haye

    Une politicienne anti-immigrés se donne la mort en accusant des musulmans de viol

    © Sputnik . Alexey Filippov
    International
    URL courte
    7631

    Une politicienne néerlandaise a mis fin à ses jours après avoir affirmé avoir été violée par un «gang de musulmans» et avoir publié sur Facebook une vidéo dans laquelle elle affirmait avoir été violée par des musulmans dans le cadre d'une campagne d'intimidation.

    Willie Dille, 53 ans, conseillère municipale de La Haye et membre du Parti de la liberté notoirement anti-immigrés, s'est donné la mort ce mercredi, quelques heures après avoir partagé sur les réseaux sociaux une vidéo dans laquelle elle affirmait avoir été enlevée et violée par un gang de musulmans il y a plus d'un an.

    Le chef de son parti, Geert Wilders, critique ouvertement l'islam. La mort a été confirmé par la dirigeante locale du Parti de la liberté, Karen Gerbrands, qui a déclaré que Dille «ne pouvait plus supporter ce qui lui était arrivé et les réactions auxquelles elle avait dû faire face», relatent les médias.

    Dans la vidéo, Mme Dille disait que le gang avait exigé son silence pendant les débats du conseil et qu'elle avait récemment reçu une menace de mort lui annonçant «nous allons bientôt vous égorger et vous laisser saigner à mort».

    «Je veux juste que le monde sache la vérité. Le 15 mars 2017, j'ai été enlevée, violée et agressée par un groupe de musulmans parce qu'ils voulaient que je reste silencieuse au conseil municipal de La Haye», a-t-elle déclaré dans sa vidéo. Le 15 mars dernier était le jour des élections législatives. «Après que c'est arrivé, je n'ai rien dit à personne, j'ai juste participé aux débats le lendemain.»

    Elle a ajouté qu'elle quittait la politique parce qu'elle avait peur que quelqu'un puisse porter préjudice à ses enfants. «Je ne peux pas vivre avec cela. Ils n'aiment pas du tout les femmes. Ils ne m'aiment pas du tout », a-t-elle déclaré. «C'est pourquoi j'ai décidé d'arrêter.»

    La vidéo a été retirée peu après sa mise en ligne.

    «Nous avons eu de nombreux contacts avec elle, y compris récemment», a déclaré le porte-parole de la police, Hilde Vijverberg, au quotidien néerlandais Algemeen Dagblad.

    «Il a été question de viol. Nous lui avons offert notre aide et avons déclaré que nous avions besoin d'une plainte officielle et de preuves concrètes pour lancer une enquête. Mais elle n'a pas déposé de plainte formelle et nous n'avons obtenu aucune information concrète pour nous permettre de diligenter une enquête.»

    En février 2016, Mme Dille avait partagé une vidéo sur Facebook disant qu'une bombe nucléaire devait être larguée sur les musulmans, après quoi elle avait été largement critiquée pour son discours jugé haineux. Willie Dille était mariée et avait quatre enfants adoptés.

    Lire aussi:

    MS-13: le gang le plus cruel du monde
    Enquête sur l’islamophobie: la Turquie solidaire, protectrice ou provocatrice?
    L’islam deviendra la religion la plus répandue dans le monde en 2070
    Tags:
    musulmans, immigration, suicide, Willie Dille, Pays-Bas
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik