International
URL courte
442422
S'abonner

Les États côtiers se sont mis d’accord pour prévenir le déploiement de bases navales étrangères en mer Caspienne. Ce dimanche ils ont signé un document historique sur le statut de cette mer fermée.

Les forces armées étrangères ne pourront plus être déployées dans la Caspienne, annoncent les médias russes en se référant au texte de la convention signée ce dimanche par l'Azerbaïdjan, l'Iran, le Kazakhstan, le Russie, et le Turkménistan à Aktaou, au Kazakhstan. Les cinq États côtiers se sont réservés le droit exclusif de garantir la sécurité dans la région.

«La présence de navires militaires étrangers est interdite dans la mer Caspienne. Un pas très important a été fait», a déclaré le Président iranien Hassan Rohani après la signature de ce document historique.

Le sommet de dimanche à Aktaou au Kazakhstan est le cinquième du genre depuis 2002. Après plus de 20 ans de négociations les cinq pays bordant la mer Caspienne sont parvenus à un accord définissant son statut légal. Selon le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Grigori Karassine, la Caspienne bénéficiera d'un «statut légal spécial»: ni mer, ni lac, qui ont tous deux leur propre législation en droit international.

Auparavant, le ministre kazakh des Affaires étrangères avait déclaré que son pays n'avait pas l'intention de permettre le déploiement de bases navales américaines dans la mer Caspienne, les accords entre Washington et Astana ne portant que sur le transit par le territoire du Kazakhstan des matières non-létales depuis l'Afghanistan.

Lire aussi:

Un important incendie en cours dans un entrepôt d’Aubervilliers – images
Biden appelle Poutine «Сloutine» en plein discours sur les relations russo-américaines – vidéo
La vidéo d'un policier abattant un adolescent de 13 ans relayée par les autorités de Chicago
Ex-ambassadeur français en Russie: «L’Ukraine est comme un abcès au cœur de l’Europe» - exclusif
Tags:
base militaire, Hassan Rohani, Vladimir Poutine, mer Caspienne, Turkménistan, Azerbaïdjan, Kazakhstan, Iran, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook