International
URL courte
331745
S'abonner

Cherchant des traces du recours aux armes chimiques en Syrie et se préoccupant de la situation humanitaire dans la région, les pays occidentaux n’ont pas encore répondu des conséquences des bombardements de la Serbie par l’Otan, a estimé, lors d’un déplacement à Belgrade, Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

Au cours d'une visite dans la capitale serbe, la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a déclaré qu'au lieu de chercher les traces des attaques chimiques en Syrie prétendument commises par le gouvernement de Damas, les pays occidentaux feraient mieux de répondre des conséquences des bombardements de l'ancienne Yougoslavie.

«Nous observons surtout maintenant les déclarations que font d'habitude les pays occidentaux à l'égard de la Syrie. Ils se préoccupent de ce qui se passe là-bas, cherchent des exemples du recours aux armes chimiques par le gouvernement syrien», a-t-elle fait savoir lors de sa rencontre avec Ivica Dačić, Premier vice-président du gouvernement et ministre serbe des Affaires étrangères.

Et de poursuivre:

«C'est magnifique qu'ils s'occupent à tel point de la situation humanitaire au Proche-Orient, mais il y a les conséquences humanitaires en Europe, et s'il en parle, l'Occident devrait, en premier lieu, régler ce qu'ils avaient fait sur le continent européen et répondre de leurs actions.»

Lire aussi:

Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Un homme de 75 ans en sang: les policiers de Buffalo démissionnent par solidarité avec leurs deux collègues suspendus
Tensions dans le centre de Marseille où la police tente de disperser les manifestants - vidéos
Engagement de GI en Tunisie: Washington accuse Moscou et tente de doubler Paris
Tags:
bombardements, Maria Zakharova, Belgrade, Yougoslavie, Serbie, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook