Ecoutez Radio Sputnik
    Le Kosovo est la Serbie

    Énergie de désintégration: se trouve-t-il quelqu’un pour diviser encore la Serbie?

    © AFP 2018 Alexa Stankovic
    International
    URL courte
    3422

    Les États-Unis n’ont pas le projet de diviser le Kosovo en parties serbe et albanaise, a déclaré sur la chaîne de télévision serbe N1 Daniel Serwer, professeur à l'Université Johns-Hopkins (JHU), prévenant qu’il serait dangereux d’ouvrir cette «boîte de Pandore» dans les Balkans occidentaux. Un politologue serbe a commenté ces propos pour Sputnik.

    On ne peut que s'étonner de la capacité de Daniel Serwer à se soucier des frontières de la province serbe qui a autoproclamé son indépendance et à ne faire aucun cas de l'inviolabilité des frontières de la Serbie elle-même, remises en cause par la séparation illégale du Kosovo, a déclaré à Sputnik le politologue et journaliste serbe Zeljko Cvijanovic.

    «C'est un exemple classique de la "moralité hottentote" ["S'il vole ma vache, c'est mal. Si je vole sa vache, c'est bien" — cette règle morale était attribuée par les racistes européens aux Hottentots, une ancienne tribu d'Afrique du sud, ndlr]. Selon Washington, il est de "bonnes désintégrations", comme celles de la Yougoslavie et de la Serbie elle-même, et de "mauvaises désintégrations", telles qu'une désintégration éventuelle de la Macédoine», a poursuivi l'interlocuteur de l'agence.

    Selon ce dernier, d'après cette logique qui se trouve au fondement de toute la politique extérieure des États-Unis et dont le professeur Serwer est l'adepte, «ce qui est bon pour nous, est bon pour l'humanité, et ce qui est mauvais pour nous, est mauvais pour tout le monde».

    Quoi qu'il en soit, pour ce qui est des dangers que recèle la «boîte de Pandore» balkanique, M.Cvijanovic est tout à fait d'accord avec le professeur américain.

    Le politologue serbe est persuadé qu'un précédent avec la division éventuelle du Kosovo serait lourd de conséquences avant tout pour la Bosnie-Herzégovine et la Macédoine. Qui plus est, il ne s'agirait pas que d'une escalade de conflits interethniques en Bosnie-Herzégovine et en Macédoine.

    M.Cvijanovic craint également des crises extrêmement graves dans d'autres pays de la région qui n'ont toujours pas reconnu l'indépendance du Kosovo, qu'il s'agisse de la Grèce, de la Slovaquie ou de la Roumanie.

    Lire aussi:

    Anniversaire du Kosovo: confettis et lacrymo
    L’UE débloque 2 M EUR pour une campagne d’information en Serbie. Dans quel but?
    Vers une adhésion du Kosovo à l’Onu? Un ancien ministre yougoslave se montre sceptique
    Tags:
    division, désintégration, conflit, crise, Sputnik, Université Johns-Hopkins, Daniel Serwer, Zeljko Cvijanovic, Slovaquie, Roumanie, Grèce, Bosnie-Herzégovine, Macédoine, États-Unis, Balkans, Kosovo, Serbie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik