International
URL courte
19315
S'abonner

Alors qu’aucun pays du monde ne semble être sûr du sort du chef de Daech*, de nouvelles informations concernant son état de santé et sa fonction ont fait surface dans la presse irakienne. La chaîne Al-Sumaria affirme notamment que le terroriste est cloué au lit.

Le chef de Daech*, Abou Bakr al-Baghdadi, serait cloué au lit après une grave blessure et ne dirigerait de facto pas l'organisation, affirme la chaîne irakienne Al-Sumaria citant une source au sein du renseignement du pays.

Selon l'interlocuteur du média, al-Baghdadi a reçu la blessure en juin dernier lors d'un bombardement de l'aviation irakienne contre une localité tenue par Daech*.

Les avions ont alors visé un lieu de rassemblement des radicaux. Plusieurs terroristes ont été tués, les autres, dont al-Baghdadi, ont été grièvement blessés.

Toujours selon Al-Sumaria, pour remplacer le chef actuel, les radicaux d'origine non-irakienne proposent Abu Osama al-Tunisi, qui serait un ressortissant tunisien. Les radicaux irakiens se seraient opposés à sa candidature.

Aucun pays du monde ne semble en effet être actuellement sûr du sort du terroriste numéro un.

Fin mai 2017, le ministère russe de la Défense avait annoncé qu'Abou Bakr al-Baghdadi aurait était tué dans une frappe russe, ajoutant toutefois que son élimination était en cours de vérification.

En revanche, la coalition internationale dirigée par les États-Unis estimait qu'al-Baghdadi était toujours en vie, reconnaissant toutefois ignorer sa localisation.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Tags:
Daech, Abou Bakr al-Baghdadi, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook