Ecoutez Radio Sputnik
    Recep Tayyip Erdogan

    Un coup dans le dos d’un «ami» de l’Otan: Erdogan s’en prend à la politique de Washington

    © REUTERS / Wolfgang Rattay
    International
    URL courte
    Sanctions US contre la Turquie et conséquences internationales (27)
    14360

    Sur fond de la crise diplomatique entre Ankara et Washington, intensifiée par la chute brutale de la livre turque, Recep Tayyip Erdogan a déclaré que les États-Unis, étant membre de l’Otan, cherchaient à frapper leur partenaire stratégique dans le dos.

    Alors que la crise entre Ankara et Washington bat son plein, Recep Tayyip Erdogan a accusé lundi les États-Unis de chercher à frapper la Turquie «dans le dos».

    «D'un côté, vous êtes avec nous dans l'Otan et, de l'autre, vous cherchez à frapper votre partenaire stratégique dans le dos. Une telle chose est-elle acceptable? (…) D'un côté, vous dites être notre partenaire stratégique et, de l'autre, vous nous tirez dans les pieds», a déclaré Recep Tayyip Erdogan lors d'un discours à Ankara.

    «Adopter une attitude aussi hostile à l'encontre d'un allié au sein de l'Otan (…) n'a aucune explication sensée», a indiqué le Président turc, qui s'est aussi efforcé de rassurer les milieux économiques dans son discours.

    Il a appelé la population turque à ne pas prendre au sérieux les turbulences financières. Selon lui, «les dynamiques économiques de la Turquie sont solides, elles sont fortes et bien ancrées», indique l'AFP.

    La Turquie et les États-Unis, deux alliés au sein de l'Otan, traversent une crise diplomatique. Vendredi dernier, cette crise a franchi un palier supplémentaire lorsque Donald Trump a annoncé qu'il donnait son accord pour le doublement des taxes à l'importation sur l'acier et l'aluminium turcs, envoyant la livre turque par le fond.

    Le ministre turc des Finances a déclaré lundi que le gouvernement du pays entendait mettre en œuvre un plan d'actions économiques afin de stabiliser les marchés. La banque centrale turque a promis par la suite de fournir une réserve de liquidité et de baisser le coefficient des réserves obligatoires pour les banques.

    Le Président turc a dénoncé la mesure prise par les États-Unis, en déclarant que son pays n'allait pas perdre «la guerre économique». En outre, la Turquie s'est dite prête à renoncer au dollar, au bénéfice des devises chinoise, iranienne et russe, pour ses échanges commerciaux.

    Dossier:
    Sanctions US contre la Turquie et conséquences internationales (27)

    Lire aussi:

    La canicule fait ses premiers morts en France
    La Russie évacue du Venezuela ses spécialistes qui entretenaient du matériel technique
    Castaner n'exclut pas que la police soit à l'origine de la disparition d'un fêtard à Nantes
    Tags:
    livre turque (TRY), OTAN, Recep Tayyip Erdogan, Washington, Ankara, Turquie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik