Ecoutez Radio Sputnik
    Dollars US

    Des Turcs brûlent des dollars pour soutenir leur monnaie nationale (images)

    © Sputnik . Natalya Seliverstova
    International
    URL courte
    Sanctions US contre la Turquie et conséquences internationales (27)
    37587

    Faisant face à la chute du cours de la livre turque due au conflit commercial avec les États-Unis, des Turcs répondent à l’appel de leur Président à soutenir leur monnaie en brûlant des billets de banque américains.

    Des images diffusées sur Internet présentent des Turcs se considérant comme patriotes brûler des dollars américains et se moucher dans des billets de banque des États-Unis pour protester contre la chute du cours de leur monnaie nationale, relatent des médias.

    ​Le 15 août, le cours de la livre turque a atteint 6,14 pour un dollar US, soit près de deux fois plus qu'en août 2017.

    ​Le Président turc Recep Tayyip Erdogan avait prononcé un discours devant les Turcs en disant: «N'oubliez pas, eux ils ont des dollars, et nous nous avons notre peuple, notre Dieu».

    Le 10 août, le Président américain a annoncé un doublement des droits de douane sur l'acier et l'aluminium turcs importés aux États-Unis, affirmant que les relations avec Ankara n'étaient «pas bonnes en ce moment». En réponse, la Turquie doublera les taxes sur 22 produits américains pour un montant de 533 millions de dollars.

    M. Erdogan, qui fait face à l'un de ses plus difficiles défis économiques depuis son arrivée au pouvoir en 2003, a appelé ses concitoyens à la «lutte nationale» et à changer leurs devises étrangères pour soutenir leur monnaie.

    Dossier:
    Sanctions US contre la Turquie et conséquences internationales (27)

    Lire aussi:

    La stabilité de l'économie turque importante pour la France, selon Macron cité par Ankara
    Les sanctions américaines contre la Turquie
    Le dollar aboie, la monnaie nationale passe
    Tags:
    dollar US, monnaie, livre turque (TRY), États-Unis, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik