International
URL courte
20338
S'abonner

Les entrevues d'Angela Merkel avec le chef d'état-major des Forces armées russes, Valeri Guerassimov, en juillet puis avec Vladimir Poutine ce samedi donnent une image déplaisante de la chancelière, selon le journal polonais Gazeta Prawna, qui considère avec scepticisme les deux pays et craint que Varsovie ne fasse les frais de ces rencontres.

Les récentes démarches du gouvernement allemand semblent décevoir la presse polonaise. Un sentiment de méfiance non seulement envers la Russie, mais aussi envers Angela Merkel, qui a décidé d'accueillir Valeri Guerassimov, chef d'état-major des Forces armées russes, en juillet et Vladimir Poutine en août, s'y fait sentir.

C'est notamment le journaliste de Gazeta Prawna, Zbigniew Parafianowicz, qui ne voit pas de bons signes dans cette remise en cause de l'isolement de la Russie et s'inquiète du fait que les pays baltes, dont la Pologne, et l'Ukraine doivent supporter les possibles conséquences de cette «faiblesse» de l'Allemagne.

Le premier reproche concerne l'accueil du chef d'état-major des Forces armées russes interdit d'entrée en Australie, au Canada, au Lichtenstein, en Suisse et dans l'Union européenne après les événements du printemps 2014 en Ukraine: le journaliste relève que la chancelière allemande, leader informel de l'UE, l'a accueilli fin juillet justifiant cette rencontre par les intérêts de son pays.

C'est pourquoi la rencontre avec le Président Poutine fixée au 18 août ne pose pas non plus de problème à Berlin, déplore l'auteur de l'article.

Bien que des hommes politiques allemands soient convaincus qu'il faut considérer la rencontre Merkel-Poutine dans un contexte global et y voir une opportunité de coopération pragmatique là où elle est possible, Gazeta Prawna refuse de prendre au sérieux leur point de vue. En guise de contre-argumentation, l'article souligne que Varsovie ne peut pas rester indifférent à ce sujet «se trouvant à une distance de 10 minutes de vol d'un missile Iskander-M, lancé depuis le territoire de la région de Kaliningrad».

«Une fracture dans l'isolement de Guerassimov et les pourparlers avec Poutine, c'est une trahison diplomatique», insiste le journaliste. «En pliant face au Kremlin, Berlin a affaibli la sécurité du flanc est de l'Otan», ajoute-t-il.

A plusieurs reprises, la Pologne a fait preuve d'une profonde méfiance à l'encontre de la Russie et a tenté de communiquer ce sentiment à d'autres pays membres de l'UE. En mai dernier, la Défense polonaise a publié un document proposant aux États-Unis de construire à ses frais une base militaire pour y installer en permanence une division blindée américaine. La proposition a été motivée traditionnellement par «la position ferme et dangereuse de la Russie, qui menace l'Europe». Varsovie s'est dit prêt à débloquer à ces fins entre 1,5 et 2 milliards de dollars.

Plus tôt dans la journée, Angela Merkel a donné des précisions sur le caractère des ses pourparlers avec le Président russe, soulignant qu'il s'agirait d'une rencontre de travail qui témoignerait de la détermination de la partie allemande à entretenir de bonnes relations avec la Russie. Selon elle, le nombre des problèmes communs — du dossier ukrainien au dossier syrien et à celui la coopération dans le domaine économique — justifie un dialogue permanent entre les deux pays. Le sujet du sommet Allemagne-France-Russie-Turquie sera également abordé, a-t-elle assuré.

Lire aussi:

Projectiles, véhicules incendiés, gaz lacrymogène: la manifestation contre la loi Sécurité globale dégénère à Paris
Ne pas consommer cet aliment engendrerait diverses maladies graves, dont le cancer
L'hommage de Macron à Maradona indigne le Venezuela qui le tacle sur les Gilets jaunes
Avions cloués au sol, navires à quai: malgré des crédits en hausse, l’armée française démunie
Tags:
conséquences, menace russe, inquiétude, presse, journal, rencontre, Valéri Guérassimov, Angela Merkel, Vladimir Poutine, pays baltes, Ukraine, Varsovie, Moscou, Berlin, Pologne, Allemagne, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook