International
URL courte
5315107
S'abonner

La Chine, comme tous les pays qui ne renoncent pas au pétrole iranien, risque de se voir imposer des sanctions américaines, écrit The Wall Street Journal. Washington estime que Pékin pourrait même augmenter ses livraisons d’hydrocarbures depuis l’Iran.

Washington est prêt à imposer des sanctions à tous les pays qui continueront d'acheter du pétrole iranien après le rétablissement complet des sanctions contre Téhéran en novembre, informe The Wall Street Journal en se référant à Brian Hook, nouveau représentant spécial américain pour l'Iran. Ces mesures pourraient toucher en premier lieu la Chine, acheteur majeur de pétrole iranien et qui a rejeté les demandes américaines de cesser ses importations.

«Les États-Unis comptent sur le plein respect [des sanctions, ndlr] par toutes les nations sous peine de sanctions secondaires américaines s'ils poursuivent leurs transactions», a déclaré le responsable américain.

Il a ajouté que les États-Unis accorderaient des dérogations aux pays qui tenteront au moins de réduire leurs livraisons de pétrole iranien.

Le 6 août, le Président Trump a signé un décret réinstaurant un certain nombre de sanctions à l'encontre de l'Iran, en affirmant chercher à imposer une «pression économique maximale» sur la République islamique. La deuxième partie des sanctions doivent être rétablies le 4 novembre.

Pékin résiste aux demandes de Washington de soutenir l'embargo du pétrole iranien en soulignant que ses liens économiques avec l'Iran ne peuvent léser les intérêts de personne.

Auparavant, la diplomatie chinoise avait déclaré que la coopération sino-iranienne était «conforme aux résolutions du Conseil de Sécurité des Nations unies».

En juillet un responsable américain haut placé cité par The Wall Street Journal avait déclaré que Pékin pouvait augmenter ses achats de pétrole iranien malgré le rétablissement des sanctions américaines.

Le 8 mai dernier, le Président américain Donald Trump a annoncé que son pays se retirait de l'accord signé en 2015 entre des grandes puissances et l'Iran, qui avait alors accepté de brider son programme nucléaire en échange de la levée d'une partie des sanctions internationales.

Lire aussi:

Une journaliste d’Al Jazeera en direct près d’une tour à Gaza au moment où deux bombes la ciblent – vidéo
La police militaire russe arrête un convoi de blindés US dans le nord-est de la Syrie
Erdogan veut donner «une leçon forte et dissuasive» à Israël
En continu: L'armée israélienne nie être entrée dans Gaza après avoir annoncé le contraire
Tags:
pétrole, Wall Street Journal, Donald Trump, Washington, Iran, Chine, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook