Ecoutez Radio Sputnik
    Guerre d'Algérie

    Algérie: le secrétaire général du FLN s’exprime sur la polémique concernant les harkis

    © Sputnik .
    International
    URL courte
    297540

    S’exprimant sur la polémique concernant la reconnaissance du sort des harkis en France, le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN) a affirmé que pour les autorités algériennes «leur dossier est définitivement plié».

    Réagissant au retour du débat sur la question des harkis en France, Djamel Ould Abbès, le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), a réaffirmé, le 19 août, que cette question était une polémique franco-française et que pour les autorités algériennes ce dossier était définitivement clos.

    «Les harkis ont choisi la France. Leur dossier est définitivement plié. Il n'y aura pas de retour en arrière», a déclaré le premier responsable du parti au pouvoir en Algérie à l'occasion de la commémoration de deux événements majeurs de la guerre d'Algérie: l'offensive du Nord — Constantinois (le 20 août 1955) et le congrès de la Soummam (le 20 août 1956).

    «Les harkis vivent en France en tant que tels et l'Algérie n'a nullement besoin d'eux», a-t-il ajouté.

    Dans son édition du 19 août, le JDD rapportait qu'une résolution parlementaire pourrait être prochainement introduite par le gouvernement français au parlement, ayant pour objet la reconnaissance du sort des harkis.

    Citant un rapport remis en juillet à la secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, en charge de la préparation du texte de la résolution, l'hebdomadaire affirme qu'en plus de cette dernière, le document propose de rendre obligatoire l'enseignement de la guerre d'Algérie dans les collèges et les lycées français.

    Pour rappel Mohamed Badi, l'un des représentants du Comité national de liaison des harkis (CNLH) au sein du groupe de travail ayant rédigé ce rapport, avait déclaré au mois de juin que le projet d'une résolution de reconnaissance était considéré insuffisant par les harkis qui demandent une «loi de reconnaissance». «Elle nous est refusée pour ne pas envenimer les relations diplomatiques entre l'Algérie et la France», avait-il souligné selon le JDD.

    L'Organisation Nationale des Moudjahidine Algériens (ONM) avait de son côté fait savoir dans un communiqué du 10 juillet, que si la France pensait pouvoir faire pression sur l'État algérien pour qu'il accepte ses desseins au Sahel, ou sur la question de créer des camps de migrants sur son sol, en brandissant la menace de la restitution des prétendus biens des colons et des pieds noirs en Algérie et le retour des harkis, elle devait savoir que c'était une cause perdue.

    Lire aussi:

    Le sort des harkis au cœur de l’actualité politique française de la rentrée?
    Emmanuel Macron donne des gages aux Algériens «et en même temps» aux harkis
    Harkis: la France serait prête à présenter ses demandes à l’Algérie
    Tags:
    chantage, polémique, harkis, Organisation nationale des moudjahidine algériens (ONM), Djamel Ould Abbès, France, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik