Ecoutez Radio Sputnik
    Alger

    Reddition du djihadiste Sultan Ould Bady: un jeu de l’Algérie?

    © Sputnik . Perventsev
    International
    URL courte
    4136

    La nouvelle de la reddition d’un chef djihadiste, Sultan Ould Bady, annoncée par le ministère algérien de la Défense, a suscité de vives controverses. Selon des experts cités par France 24, le terroriste aurait été en réalité arrêté par l’armée algérienne, et cette déclaration d’Alger ne viserait qu’à prouver l’efficacité des programmes d’amnistie.

    Le «dangereux terroriste» Sultan Ould Bady, alias Abdou Aïssa, s'est-il en effet rendu aux autorités algériennes, comme l'a déclaré le ministère de la Défense le 11 août? Des spécialistes interrogés par France 24 estiment que le djihadiste aurait été interpellé lors d'une opération menée par l'armée algérienne fin juin 2018.

    Comme le suppose l'un des interlocuteurs de la chaîne, l'annonce de la Défense pourrait s'avérer être une tentative de prouver que les politiques d'amnistie d'Alger à l'encontre des groupes permettent de s'emparer des «gros poissons» comme Sultan Ould Bady.

    Wassim Nasr, spécialiste des mouvements djihadistes à France 24, a précisé que l'Algérie était «en train de dire qu'elle peut prendre en charge les redditions de militants djihadistes dans la région».

    «Alger revient ainsi dans le jeu, s'impose comme un interlocuteur incontournable sans toutefois devenir membre du G5 Sahel. Ces amnisties ouvrent également une porte de sortie pour la France, qui est dans une impasse militaire», a résumé Wassim Nasr.

    D'après des experts de la région cités par le même média, cette déclaration pourrait même «préfigurer» un rapprochement officieux entre Alger et les forces françaises de l'opération Barkhane.

    «Sultan Ould Bady vient confirmer une tendance à la hausse des redditions mais il faut toujours être prudent avec les annonces de l'Algérie, qui ne communique jamais par hasard. On a beaucoup parlé ces derniers mois de collaboration entre Barkhane et l'Algérie sur le fait d'amnistier des terroristes et, aujourd'hui, on peut considérer que c'est crédible», a fait savoir à France 24 Jérôme Pigné, chercheur à l'IRSEM et à l'institut Thomas More.

    Abdou Aïssa, de nationalité malienne, a combattu depuis les années 2000 sous les bannières de divers groupes armés dans la bande sahélienne. Il a été impliqué dans le kidnapping de sept diplomates algériens à Gao en 2012 et dans au moins une prise d'otage contre une cible occidentale.

    Lire aussi:

    Macron pourrait-il donner un nouveau souffle aux relations algéro-françaises?
    Malgré les appels du pied de Paris, Alger boude le G5 Sahel. Pourquoi?
    Quand la Chine remplit le vide du «net recul» de la coopération économique algérofrançaise
    Tags:
    jeu, capitulation, reddition, Alger, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik