Ecoutez Radio Sputnik
    La province d'Idlib

    Les radicaux d'Idlib ont emprisonné plus de 500 partisans du dialogue avec Damas

    © Sputnik . Ilya Pitalev
    International
    URL courte
    14221

    En deux semaines, les radicaux de la zone de désescalade d’Idlib ont emprisonné plus de 500 partisans du dialogue avec Damas, a annoncé le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie.

    Plus de 500 personnes soutenant le dialogue avec Damas ont été arrêtés par les radicaux dans la zone de désescalade d’Idlib en deux semaines, a indiqué Alexeï Tsygankov, directeur du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie lors d’un briefing.

    «Des interpellations des partisans du dialogue politique avec Damas parmi les civils et les commandants des formations de l’opposition se poursuivent dans la zone de désescalade d’Idlib. En deux semaines, le nombre de personnes arrêtées par les groupes armés a dépassé 500. Les détenus sont acheminés vers un lieu inconnu, on ignore le sort de la plupart d’entre eux», a précisé Alexeï Tsygankov.

    En outre, selon lui, les radicaux syriens ont déclaré publiquement qu’ils se préparaient à une offensive contre les troupes gouvernementales et qu’ils renoncent à tout dialogue politique pour régler le conflit.

    Alexeï Tsygankov a de nouveau souligné que le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie appelle les commandants des groupes armés à abandonner les provocations militaires et à trouver une solution pacifique pour résoudre le conflit.

    Lire aussi:

    Trois soldats syriens ont trouvé la mort dans des tirs de radicaux
    Lavrov: des terroristes d'Idlib utilisent les civils comme «boucliers humains»
    Les militaires syriens ont abattu trois drones des radicaux à Hama
    Tags:
    zone de désescalade, offensive, conflit, interpellation, Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, Alexeï Tsygankov, Idlib, Damas, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik