Ecoutez Radio Sputnik
    Douma

    Attaques chimiques en Syrie, l’Occident relance la guerre psychologique

    © REUTERS / Bassam Khabieh
    International
    URL courte
    Louis Doutrebente
    18381

    Une nouvelle attaque au gaz va-t-elle se produire en Syrie? La question mérite d’être posée depuis que les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont menacé Bachar el-Assad de représailles en cas de nouvelle utilisation d’armes chimique. Si la bataille d’Idleb n’est pas encore engagée sur le terrain, celle de la propagande a déjà débuté.

    La bataille d'Idleb va-t-elle être une nouvelle Ghouta?

    Rappelez-vous, en avril 2018, alors que les forces gouvernementales sont sur le point de reconquérir Douma, ville principale de la région de la Ghouta, située au nord-est de Damas, une incroyable attaque chimique a lieu. Des vidéos réalisées par la sympathique organisation des Casques Blancs sont relayées sur les réseaux sociaux puis par toute la presse occidentale. Le monde est terrifié par cette nouvelle horreur.

    Avec «un faisceau de preuves» —que nous attendons toujours- et sans attendre le résultat d'une quelconque enquête officielle, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France décident dans les jours qui suivent de frapper des positions du «régime de Damas». La raison? L'utilisation d'armes chimiques dans la guerre en Syrie dépasse la ligne rouge fixée par les capitales occidentales!

    Mais pourquoi penser que ce genre d'opérations risque de se reproduire?

    Ces pays du «monde libre» avaient prévenu «l'animal» (pour reprendre les mots de Donald Trump) Bachar el-Assad. En effet, le 13 février 2018, alors que la reconquête de la région de la Ghouta par les forces de Damas est sur le point de débuter —elle sera lancée le 18 février- Emmanuel Macron réaffirme la ligne de la France, tenue auparavant par son prédécesseur peu avisé: en cas de preuves avérées, la France «frappera».

    Ce mardi 21 août 2018, les clubs des trois (États-Unis, Royaume-Uni et France) annoncent dans un communiqué commun, en ligne notamment sur le site du gouvernement britannique:

    «Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France réitèrent leur condamnation de l'utilisation d'armes chimiques par le régime d'Assad»,

    Alors que l'opération de reconquête d'Idleb va débuter. En effet, après avoir repris possession des banlieues de Damas, dont la Ghouta, et de la région située au sud-ouest du pays, à la frontière avec la Jordanie et Israël, les armées de Bachar el-Assad se déplacent majoritairement vers Idleb au nord-ouest, territoire encore contrôlé par de nombreuses factions terroristes.

    Si ce communiqué commun est publié exactement cinq ans après le terrible massacre de la Ghouta, ajoutons qu'il y a six ans, le 20 août 2012, Barack Obama lançait la doctrine de la «ligne rouge». En pleine campagne électorale pour sa réélection, le Président américain affirmait alors que, s'il ne souhaitait pas que son armée intervienne en Syrie, il le ferait si certaines bornes étaient franchies:

    «Jusqu'ici, je n'ai pas donné l'ordre d'intervenir militairement. […] Si nous commencions à voir des quantités d'armes chimiques déplacées ou utilisées, cela changerait mon calcul et mon équation.»

    Si pour Obama et Cameron, cette menace était lancée à destination de tous les protagonistes de la guerre en Syrie, Hollande avait lui, jugé bon de viser spécialement son homologue de Damas. Une cible reprise donc dans cette toute nouvelle déclaration, qui assure par ailleurs:

    «Nous réaffirmons notre détermination commune à empêcher l'utilisation d'armes chimiques par le régime syrien et à les tenir pour responsables de toute utilisation de ce type. […] Nous restons déterminés à agir si le régime Assad utilise à nouveau des armes chimiques.»

    Notons que, quel que soit l'auteur d'une prochaine attaque chimique en Syrie, qui reste très probable puisqu'Idled est le dernier grand bastion des terroristes, «le régime» en sera tenu comme responsable.

    Pourtant, rappelons que le 27 juin dernier, les États-membres de l'Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques (OIAC), avaient voté en faveur de la proposition d'initiative britannique et soutenue par… les États-Unis et la France notamment. Adoptée à 82 voix contre 24, cette demande stipulait que l'OIAC soit en mesure, à l'avenir, de déterminer et de désigner le ou les responsables d'une attaque chimique. Et si cette réforme, effectuée en session extraordinaire, était intervenue à la suite de l'affaire Skripal, c'est bien la Syrie qui était visée.

    L'ex-ambassadeur britannique à Damas, Peter Ford, dans un entretien accordé à Sputnik peu de temps après cette transformation de l'OIAC, réagissait ainsi:

    «Jusqu'à présent, les tentatives des pays occidentaux pour accuser Damas ont échoué: aucune des commissions qui enquêtaient en Syrie n'a cédé aux pressions exercées par le Royaume-Uni et les USA. C'est pourquoi, à mon avis, le Royaume-Uni s'est adressé à La Haye. […] L'OIAC est transformée en un instrument de l'Otan.»

    Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France menacent donc de frapper à nouveau la Syrie d'el-Assad et invitent la communauté internationale à «soutenir nos efforts collectifs». Dans le même temps, et ce depuis déjà quelques semaines, la Russie demande, notamment aux Européens, de participer financièrement à la reconstruction de la Syrie et appelle les millions de réfugiés à rentrer dans leur pays. Une initiative, qui par ailleurs, pourrait être mise à mal depuis que Donald Trump a annoncé que les États-Unis ne participeront plus au fonds de stabilisation de la Syrie:

    Si cette nouvelle décision de Washington a été dénoncée par Moscou, Sergueï Lavrov a lui dénoncé une directive du département politique de l'ONU. Cependant, la phase de retour a déjà commencé, notamment depuis le Liban, où 7.000 réfugiés sont rentrés en Syrie. Mais, au-delà des politiques américaines et onusiennes, cette nouvelle offensive en direction d'Idleb risque de perturber davantage la remigration de six millions de Syriens, notamment ceux qui sont réfugiés en Turquie, et la participation des États à reconstruire la Syrie puisque la guerre psychologique vient, elle, à peine de reprendre.

    Lire aussi:

    Attaques chimiques en Syrie: la faiblesse de la ligne rouge de Macron
    Soutien à la Syrie: Trump examine le durcissement des sanctions contre Moscou et Téhéran
    Assad explique pourquoi Damas n’a pas besoin d’utiliser d’armes chimiques
    Tags:
    attaque chimique, Casques blancs syriens, Donald Trump, Bachar el-Assad, France, Royaume-Uni, États-Unis, Douma, Syrie, Ghouta orientale
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik