International
URL courte
5215131
S'abonner

L'achat de systèmes sol-air russes S-400 par la Turquie pourrait provoquer l'adoption de sanctions américaines contre de nombreux pays, d'après le département d'État.

La Turquie ne sera pas le seul pays à être visé par des sanctions américaines, si elle achète des systèmes de missiles sol-air russes S-400, a déclaré jeudi le département d'État américain.

«Nous sommes opposés à l'éventuel achat de S-400 par nos partenaires et alliés partout dans le monde […]. Nous avons clairement fait comprendre que cela peut provoquer l'adoption de sanctions dans le monde entier», a indiqué la porte-parole du département d'État, Heather Nauert.

Les États-Unis ont déjà menacé d'imposer des sanctions contre Ankara pour de tels achats.

«Quand un allié de l'Otan comme la Turquie utilise des S-400, c'est contraire à notre politique», a ajouté Mme Nauert.

Rosoboronexport, agence d'État russe chargée de la vente des armements russes à l'exportation, procèdera à la réalisation du contrat sur la livraison des S-400 à la Turquie en 2019, d'après le directeur de l'agence, Alexandre Mikheïev.

En raison de l'intention d'Ankara d'acheter des systèmes S-400, le Congrès américain a adopté le 25 juillet un amendement à la dernière version du budget de la défense pour 2019, qui gèle les livraisons de chasseurs F-35 à la Turquie.

Les États-Unis cherchent à persuader leurs alliés et partenaires de renoncer aux importations d'armes russes. Des officiels américains ont affirmé avoir empêché la signature de contrats pour des milliards de dollars.

Le cauchemar nocturne des USA
© Sputnik .
Le cauchemar nocturne des USA

Lire aussi:

«Cent fois pire»: un nouveau virus prédit pour l’humanité
Trump déclare que la mouvance antifa sera reconnue comme organisation terroriste
Mort de George Floyd: il menace des manifestants avec un arc et un couteau à Salt Lake City - vidéos
Ciblés par des projectiles, des policiers foncent en voiture sur des manifestants à New York – vidéo
Tags:
missiles sol-air, sanctions, S-400, Département d'Etat des Etats-Unis, Heather Nauert, Turquie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook