Ecoutez Radio Sputnik
    Bachar el-Assad

    Mohammed ben Salmane aurait proposé à Assad de rester au pouvoir à condition de…

    © Sputnik .
    International
    URL courte
    6417139

    Le Prince Mohammed ben Salmane aurait tenté de troquer la reconstruction complète de la Syrie par Riyad avec le maintien à vie du Président Assad au pouvoir contre l’engagement de ce dernier à rompre définitivement ses relations avec l’Iran et le Hezbollah. C’est ce qu’a lancé, le 23 août, un député libanais. Damas n’a pas réagi à ces déclarations.

    Le Président syrien Bachar el-Assad aurait refusé un deal qui lui aurait été proposé par le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane. C'est ce qu'a déclaré, le 23 août, le député libanais Nawaf Al Moussaoui, élu du Mouvement chiite Hezbollah, dans un entretien donné à la chaîne de télévision Al Mayadeen.

    «Un émissaire saoudien a apporté au Président Assad une proposition claire de la part du prince héritier Mohammed ben Salmane, lui affirmant qu'il peut rester au pouvoir à vie, sans qu'il soit obligé de faire des réformes politiques et constitutionnelle en Syrie», a déclaré le parlementaire.

    «L'Arabie saoudite s'engage à reconstruire complètement la Syrie, en contrepartie le Président Assad devrait rompre ses relations avec le Hezbollah et l'Iran définitivement», a-t-il ajouté.

    Tout en affirmant que ce deal proposé par le prince héritier saoudien au Président syrien daterait d'il y a trois mois, le député a précisé qu'«Assad a refusé la proposition et il a clôt le sujet à jamais».

    Les autorités syriennes n'ont pas encore commenté les affirmations du député libanais.

    Lire aussi:

    Le prince héritier d’Arabie saoudite opte pour un islam modéré «ouvert sur le monde»
    Les USA ne seraient pas satisfaits du futur roi saoudien
    Arabie saoudite: la guerre des rois, des princes et des émirs
    Tags:
    Mohammed ben Salmane Al-Saoud, reconstruction, accord, Hezbollah, Bachar el-Assad, Arabie Saoudite, Liban, Iran, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik