Ecoutez Radio Sputnik
    Maxime Bernier

    Maxime Bernier: «je serai l’alternative conservatrice au Canada face à Justin Trudeau»

    © AP Photo / Geert Vanden Wijngaert
    International
    URL courte
    Jérôme Blanchet-Gravel
    7148

    Ça bouge au Canada! Récemment, le député fédéral Maxime Bernier se retrouvait au cœur de la controverse après avoir brisé le tabou du multiculturalisme. Mais voilà que l’ex-ministre claque la porte du Parti conservateur et annonce qu’il fondera prochainement une nouvelle formation de droite. Sputnik s’est entretenu avec lui.

    Cela aura été la controverse de l'été au Canada. Il y a une dizaine de jours, le député conservateur Maxime Bernier publiait des tweets dans lesquels il critiquait fortement le multiculturalisme. L'ex-candidat à la tête du Parti conservateur a notamment affirmé que le multiculturalisme pouvait engendrer des «conflits sociaux et potentiellement la violence». Des propos qui ne pouvaient que faire réagir dans un pays où la Constitution protège le multiculturalisme.

    Ses déclarations ont fait tellement de bruit que Maxime Bernier a fini par être critiqué par son propre chef et ancien adversaire, Andrew Scheer. Ancien opposant puisque Maxime Bernier avait failli devenir chef du Parti conservateur en mai 2017

    Le député québécois annonce maintenant qu'il va fonder un nouveau parti de droite. Avait-il alors prévu son coup? Pour en savoir plus, Sputnik s'est entretenu avec lui.

    Un nouveau parti de droite au Canada

    Maxime Bernier a confirmé qu'il allait fonder un nouveau parti de droite au Canada. Une formation «réellement conservatrice» parce que le député reproche à ses anciens collègues de s'être trop rapprochés du centre. L'élu n'entend pas perdre de temps: dans les prochains jours, il mettra la main à la pâte en vue de créer son grand parti.

    «Dans les prochains jours, je vais m'atteler à rédiger la constitution du parti que je vais fonder. Je vais contacter Élections Canada pour regarder les procédures. La deuxième étape sera de créer le manifeste du parti. Pour ce faire, je vais m'inspirer des politiques que j'ai déjà mises de l'avant lors de ma dernière course au leadership au Parti conservateur», a affirmé Maxime Bernier en entrevue avec Sputnik.

    Les reproches adressés au Parti conservateur concernent à fois l'économie et le multiculturalisme. Premièrement, Maxime Bernier accuse son ancienne formation de ne pas défendre une véritable politique de libre-échange. Deuxièmement, il l'accuse d'empêcher la critique d'un modèle de société menant à la ghettoïsation. Un modèle défendu par l'actuel Premier ministre, Justin Trudeau.

    «Le multiculturalisme à l'extrême peut, oui, mener à la ghettoïsation, et c'est pour ça qu'il faut s'assurer d'une bonne intégration des immigrants, pour eux-mêmes d'abord, et pour la société canadienne ensuite.»

    Maxime Bernier insiste beaucoup sur ce point: il voit la diversité culturelle comme une richesse, mais pense que sa valorisation extrême mène à la division.

    «Ce que je reproche au gouvernement libéral de Trudeau, c'est de faire la promotion de la diversité à outrance. On est pour la diversité, mais on devrait mettre plus le focus sur l'unité. Il faut nous assurer de pouvoir accompagner les gens qui viennent ici, pour qu'ils puissent s'intégrer à la société canadienne.»

    Maxime Bernier fait toutefois la différence entre le multiculturalisme et l'immigration. Selon lui, s'opposer au multiculturalisme ne veut pas dire de s'opposer à l'immigration. Au contraire, il pense que le Canada ne doit pas revoir à la baisse le nombre d'immigrés qu'il accueille en raison de la pénurie de main-d'œuvre. Pour s'adapter à la nouvelle réalité démographique, il propose de revoir les critères de sélection des immigrés pour favoriser le développement économique:

    «Il faut changer le ratio des catégories d'immigration au Canada. Il faut beaucoup d'immigration économique, et un peu moins d'immigration basée sur la réunification des familles, et continuer à accueillir un certain nombre de réfugiés. On manque de main-d'œuvre au Canada, alors la demande, elle est là.»

    La nuance faite par Maxime Bernier entre multiculturalisme et immigration pourrait donner du fil à retordre à ses adversaires. En effet, depuis ses déclarations controversées, certains ont associé le député à des courants xénophobes et anti-immigration. Dans le journal La Presse, un chroniqueur célèbre au Québec l'a même accusé de «flatter les fachos dans le sens du poil».

    Oui à l'immigration, non au multiculturalisme

    Le chroniqueur de La Presse, Patrick Lagacé, reproche à Maxime Bernier d'avoir pris la défense d'une femme qui a récemment posé une question choc au Premier ministre lors d'un rassemblement partisan. Cette dernière a demandé à Justin Trudeau s'il entendait rembourser les contribuables des millions dépensés pour accueillir les immigrés illégaux. Rappelons que plusieurs milliers de migrants ont illégalement traversé la plus longue des frontières séparant les Etats-Unis et le Canada ces derniers mois.

    Après la diffusion de la vidéo, nous avons appris que cette femme faisait probablement partie d'un groupe identitaire. Mais Maxime Bernier persiste et signe: la liberté d'expression est fondamentale et n'est pas réservée à un seul groupe. Il accuse la gauche d'instaurer un climat de censure auquel contribue Justin Trudeau:

    «C'est un comportement typique de la gauche [insulter au lieu de débattre, ndlr]. Souvent, on ne fait que poser une question par rapport à une réalité, et on se fait traiter immédiatement de raciste. Ça m'est arrivé récemment sur Twitter, quand j'ai commencé à faire mes déclarations […]. Je trouve que les propos de Monsieur Trudeau sont déplorables, car c'était une question légitime de la dame. Si cette dame appartient à un groupe identitaire, c'est son choix, mais le Premier ministre a le devoir de répondre à ces questions-là de manière plus civilisée.»

    Enfin, Maxime Bernier s'est dit très optimiste pour l'avenir de son parti. Il a même cité en exemple le parcours d'Emmanuel Macron.

    «Le président de la France, Monsieur Macron, a quitté le Parti socialiste moins d'un an avant les présidentielles françaises, et a réussi à créer un nouveau parti et à devenir président. Dans cette optique, je pense que tout est possible. Je pense que je peux être l'alternative conservatrice à Justin Trudeau lors de la prochaine campagne électorale.»

    Maxime Bernier deviendra-t-il l'Emmanuel Macron conservateur du Canada? Les paris sont ouverts.

    Lire aussi:

    Québec: l’ALENA s’invite dans la campagne électorale
    Jérôme Blanchet-Gravel: «le multiculturalisme nous replonge dans un état d’ensauvagement»
    Référendum sur l’immigration: la France est-elle partante?
    Tags:
    Justin Trudeau, Maxime Bernier, Canada
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik