Ecoutez Radio Sputnik
    Pristina

    Bientôt un changement de frontières en Europe? Deux pays y sont déjà prêts

    CC BY 2.0 / Flickr/Rain Rannu / Pristina
    International
    URL courte
    235522

    Les dirigeants de la Serbie et du Kosovo se sont prononcés ouvertement en faveur d’un accord modifiant les frontières de leurs pays et appellent l’Union européenne à les soutenir, d’après les médias.

    La Serbie et le Kosovo souhaitent réviser le tracé de leur frontière commune, ont déclaré samedi le Président serbe Aleksandar Vucic et le dirigeant du Kosovo Hashim Thaci cités par le journal Politico.

    «Le Kosovo entend signer un accord juridiquement contraignant avec la Serbie. Le temps de le faire est venu», a indiqué M.Thaci lors d’une réunion du Forum européen à Alpbach, en Autriche.

    MM.Vucic et Thaci se prononcent publiquement en faveur d’un tel accord pour la première fois.

    Selon Politico, Pristina veut obtenir la vallée de Presevo peuplée en majorité d’Albanais.  Belgrade, quant à lui, compte reprendre le contrôle des régions du nord du Kosovo où les Serbes sont majoritaires. 

    Les deux dirigeants balkaniques ont appelé l’Union européenne à soutenir leurs efforts.

    «Nous avons une courte fenêtre d’opportunité. Ce n'est pas facile du tout; c'est très, très difficile. C'est pourquoi tout le monde doit le [ce projet, ndrl] soutenir», a noté M.Thaci.

    Selon lui, les pays balkaniques, les États membres de l’Union européenne ou d’autres pays ne devraient pas s’opposer ou craindre un éventuel accord de paix entre le Kosovo et la Serbie, même si un tel accord incluait une révision du tracé des frontières.

    «Nous parviendrons à un compromis et trouverons une solution […] seulement si nous bénéficions du soutien de l’Union européenne», a pour sa part déclaré M.Vucic.

    Selon la chaîne de télévision russe Zvezda, MM.Vucic et Thaci se pencheront sur la modification des frontières lors des entretiens qu’ils auront sur la normalisation des relations entre la Serbie et le Kosovo le 7 septembre prochain à Bruxelles.

    M.Vucic a rappelé à la mi-août que la frontière entre le Kosovo et la Serbie centrale, créée en 2011 après un incendie qui avait détruit le poste de contrôle de Jarinje, n’était qu’une limite administrative non reconnue par Belgrade. Toutefois, il en a reconnu l’existence.

    Les deux pays veulent entrer dans l’Union européenne. La Serbie a obtenu le statut de candidat officiel en 2012. Mais l’UE a clairement indiqué qu’aucun des deux pays ne pouvait adhérer avant d’avoir définitivement réglé les différends de longue date qui les opposent. La Serbie ne reconnaît pas l’indépendance autoproclamée du Kosovo depuis 2008. 

    Mais un nouvel accord sur la frontière met l’Union européenne dans une situation délicate. Les dirigeants européens ont longtemps rejeté l’idée de modifier le tracé des frontières, estimant que cela pourrait entraîner une nouvelle redéfinition des frontières dans les Balkans et relancer les violences ethniques des années 1990.

    Lire aussi:

    «La division du Kosovo provoquera une réaction en chaîne»
    Vers une adhésion du Kosovo à l’Onu? Un ancien ministre yougoslave se montre sceptique
    Anniversaire du Kosovo: confettis et lacrymo
    Tags:
    accord, frontière, Union européenne (UE), Aleksandar Vucic, Hashim Thaçi, Serbie, Kosovo
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik