Ecoutez Radio Sputnik
    Tel Aviv, image d'illustration

    Pourquoi Israël a-t-il dopé le nombre des civils autorisés à porter une arme? Explication

    CC BY-SA 2.0 / Dan / Tel Aviv
    International
    URL courte
    17713

    Pourquoi l’État hébreu a-t-il assoupli les règles d'obtention d’un permis de port d'arme et cette mesure ne risque-t-elle de déboucher sur une recrudescence des violences? Ce sont ces questions que Sputnik a adressées à un membre de Likoud, un des partis au pouvoir en Israël.

    En vertu d’une loi récemment adoptée en Israël, plus de 500.000 citoyens civils de plus pourront prétendre à obtenir un permis de port d’arme et ce dans le but de renforcer la sécurité publique dans l’État hébreu. Comme l’explique dans son commentaire à Sputnik Ariel Bulshtei, juriste et membre du Comité central du Likoud, les raisons de cette décision sont plus qu’évidentes.  

    «Lorsqu’un attentat se produit, il faut du temps avant que les policiers n’arrivent sur les lieux. Dans d’autres pays, les citoyens n’interviennent pas d’habitude contre les terroristes, alors qu’en Israël, dans beaucoup de cas, de simples passants, même non armés, ne cherchent pas à fuir lors d’un affrontement avec les terroristes. Bien au contraire, ils essaient d’arrêter les terroristes et éviter qu’ils tuent encore. On connaît des cas où des civils armés ont neutralisé des terroristes. La raison est évidente: des gens bien formés, conscients et capables de se servir d’armes pour arrêter les criminels vivent en Israël», a-t-il expliqué. 

    À la question de savoir si les armes pouvaient tomber entre les mains de personnes qui ne sauraient tout simplement pas s’en servir, il a souligné que pour obtenir un tel permis, la personne devra se soumettre à une procédure de vérification méticuleuse et que seules celles ayant servi dans l’armée pourront l’obtenir. 

    «La situation en Israël diffère beaucoup de celle des États-Unis. En effet, nous n’apprécions pas l’exemple américain. C’est justement pour cela que seules les personnes ayant servi dans l’armée et non pas les soldats, mais ceux qui ont suivi un entraînement au combat [pourront l’obtenir, ndlr]», a-t-il expliqué.  

    Commentant la préoccupation que l’adoption de cette loi a suscitée chez ceux qui craignent notamment qu’elle engendre une flambée d’actes violents dans les rues, Ariel Bulshtei souligne que ces craintes sont absolument infondées.  

    Comme il le fait remarquer, l’État hébreu n’a jamais connu de cas de recours non sanctionné aux armes: «De nombreux Israéliens servent dans l’armée et gardent leurs armes à la maison. Je ne peux me souvenir d’aucun cas de recours à ces armes à des fins criminelles», a-t-il conclu. 

    Lire aussi:

    Quelles seront les relations Russie-Israël après le crash d'un avion Il-20 russe en Syrie?
    Après l’Il-20, Israël devra prouver qu’il tient aux vies des Russes
    Parlementaire du Likoud: Tsahal «a assez de balles pour tout le monde»
    Tags:
    terrorisme, civils, port, armements, Likoud, Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik