International
URL courte
423
S'abonner

La Première ministre britannique ayant décidé de rejoindre dans une danse les élèves d'une école secondaire du Cap, elle a provoqué de nombreux commentaires dans les réseaux sociaux. La vidéo de la danse jugée gauche de Theresa May a été diffusée par le gouvernement sud-africain sur son compte Twitter.

La Première-ministre britannique Theresa May, en visite officielle en Afrique du Sud, s'est rendue dans une école secondaire dans la ville du Cap, où elle a rejoint les écoliers dans une danse.

​Les utilisateurs britanniques des réseaux sociaux ont été surpris par les pas de danse étranges de leur chef du gouvernement.

«Theresa May, c'est moi lors de mon mariage où j'ai été entrainé de force pour danser après une soirée entière pendant laquelle j'avais évité de le faire», a écrit un utilisateur.

«Theresa May a volé ma danse de mariage intitulée "J'aurais dû être envoyé au lit il y a déjà une heure"», a-t-il plaisanté.

D'autres commentateurs se sont souvenus du robot de Futurama ou des personnages d'autres films.

«Est-ce possible de ne pas le voir?»

​Finalement, un utilisateur conclut, fataliste:

«À présent, Theresa May est non seulement une Première ministre désespérante, mais également une danseuse désespérante», souligne-t-il.

Auparavant, les internautes ont tourné en dérision la révérence de la Première ministre britannique Theresa May devant le prince William lorsqu'ils se sont rencontrés lors la cérémonie de célébration du centenaire de la bataille d'Amiens pendant la Première guerre mondiale.

Lire aussi:

Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Une pitbull enceinte se lance dans un combat mortel avec un cobra pour sauver ses maîtres – vidéo
Les photos d’un chat-garou affolent la toile - photos
Expulsée d’un sauna à cause de son maillot de bain jugé «inapproprié», elle soupçonne une autre raison – photo
Tags:
danse, prince William, Theresa May, Le Cap, Afrique du Sud
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook