Ecoutez Radio Sputnik
    Attaque chimique de Khan Cheikhoun, image d'archives

    Syrie: les USA «peuvent mener une provocation à l’arme chimique pour arrêter l’armée»

    © REUTERS / Ammar Abdullah
    International
    URL courte
    9180

    Ne pouvant empêcher la progression des troupes gouvernementales qui se dirigent vers le nord du pays après avoir remporté des succès dans le sud, les États-Unis pourraient tenter de freiner ces dernières en organisant une nouvelle provocation aux armes chimiques, considère dans une interview à Sputnik un haut gradé libanais à la retraite.

    Commentant les projets de l’armée syrienne d’arracher la province d’Idlib aux mains des terroristes et des radicaux, le général de brigade libanais à la retraite, Hisham Jaber, n’a pas exclu qu’une provocation puisse être entreprise pour empêcher les troupes gouvernementales de progresser vers le Nord. 

    «Les Américains peuvent pleinement mener provocation à l’arme chimique pour arrêter l’armée dans sa progression vers le Nord», indique-t-il. 

    Et d’ajouter que tout le monde est conscient que l’armée syrienne vaincra parce qu’elle mène avec succès une opération dans le Sud et envoie ses forces qui y achèvent leur mission vers le Nord. Les Américains ne peuvent l’influencer ni sur le plan politique, ni sur le plan militaire. 

    Les forces occidentales étant déployées dans l’est de la Syrie, les États-Unis ne peuvent agir que par des mises en scène aux armes chimiques que le pays avait déjà connues, poursuit-il.

    Commentant la préparation de l’opération d’envergure de l’armée syrienne  dans le nord-ouest du pays, le militaire a souligné que les succès des troupes gouvernementales aidaient à asseoir les parties belligérantes à la table des négociations. 

    Lire aussi:

    Trump a bombardé la Syrie «en raison des problèmes» aux USA
    Utilisation d’armes chimiques en Syrie: quel objectif poursuivent ces accusations?
    Une Troisième guerre mondiale est-elle vraiment souhaitée?
    Tags:
    provocation, armes chimiques, armée gouvernementale syrienne, Idlib, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik