International
URL courte
390
S'abonner

Préoccupé par la protection de son secteur laitier, Ottawa ne partage pas l'optimisme de Donald Trump quant au nouvel accord entre les États-Unis et le Mexique dont la conclusion a été annoncée hier par le Président américain et dont le but est de remplacer l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna), écrit l'AFP.

Le Premier ministre Justin Trudeau a promis mardi de défendre le secteur laitier canadien dans la renégociation du traité de libre-échange nord-américain (Aléna) et a prévenu qu'il ne signerait un accord avec les États-Unis et le Mexique que s'il était «bon pour le Canada», annonce l'AFP.

«Nous allons travailler de bonne foi, de façon constructive (…) mais nous n'allons signer qu'un accord qui est bon pour le Canada», a-t-il déclaré lors d'un point presse en banlieue de Montréal.

M. Trudeau a indiqué que son équipe de négociateurs, dirigée par sa ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland, «est actuellement à Washington pour examiner en profondeur les progrès réalisés» entre les États-Unis et le Mexique. Il a notamment souligné les «progrès très positifs notamment dans l'automobile».

Il a fait remarquer qu'il «défendrait» le système de la «gestion de l'offre» qui protège le puissant secteur laitier canadien et dont la Maison-Blanche réclame le démantèlement.

«Ma position sur la défense de la gestion de l'offre n'a pas changé», a-t-il insisté. «Nous défendrons la gestion de l'offre», un système par lequel Ottawa contrôle la production et le prix du lait produit par les éleveurs canadiens grâce à des quotas annuels qui leur assurent des revenus stables et prévisibles.

Chrystia Freeland, en charge de ce dossier ultra-sensible, a interrompu une tournée en Europe pour venir entamer des négociations après l'annonce par le Président Donald Trump que le Mexique et les États-Unis avaient conclu un «très bon accord».

Elle était attendue plus tard dans la journée pour mener ces discussions avec les services du représentant au Commerce américain (USTR), Robert Lighthizer.

Mardi, Justin Trudeau a également dépêché à Washington, dans son équipe de négociateurs, son plus proche conseiller, Gerald Butts.

Donald Trump a annoncé lundi la conclusion d' «un très bon accord» commercial avec le Mexique dans le cadre de la révision de l'Aléna, traité commercial qui lie Mexico, Ottawa et Washington depuis 1994 et que le Président américain jugé injuste pendant des années.

Lire aussi:

Opération anti-drogue à Avignon: un policier mortellement blessé lors des tirs
Accident de laboratoire à l’origine du Covid-19: et si c’était vrai?
Un conseiller de Véran déplore «l’état catastrophique du pays» et rejoint le RN
Philippe de Villiers: «Nous sommes dans un Nouveau Monde totalitaire que Big Brother n’aurait pas conçu»
Tags:
Justin Trudeau, Donald Trump, Mexique, Canada, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook