Ecoutez Radio Sputnik
    Des systèmes antimissiles américains Patriot

    Systèmes US Patriot contre S-400 russes? Ankara répond à la mise en garde des USA

    © AP Photo / Michael Sohn
    International
    URL courte
    21925

    Le ministre turc des Affaires étrangères a répondu à la «consigne» américaine de ne pas acquérir de systèmes de missiles russes S-400. Il a demandé à Washington s’il était prêt à fournir à Ankara des systèmes Patriot au lieu des véhicules russes et a fait une allusion aux films de cow-boys, où les États-Unis «peuvent faire tout ce qu’ils veulent».

    Ankara a commenté la déclaration faite par James Mattis, secrétaire à la Défense des États-Unis, qui a déconseillé à la Turquie d'acquérir des systèmes antiaériens et antimissiles S-400 russes:

    «Nous devons défendre notre espace aérien. C'est notre devoir. Et ils doivent le comprendre. Est-ce que les États-Unis pourront nous garantir la vente des missiles Patriot?» a déclaré Mevlut Cavucoglu, ministre turc des Affaires étrangères.

    Il a par ailleurs évoqué le fait que les États-Unis ne voulaient pas fournir à la Turquie d'avions F-35 et a appelé Washington à renoncer «au langage de la menace», si la Maison-Blanche voulait résoudre la crise diplomatique entre les deux pays.

    «S'ils pensent qu'ils peuvent faire tout ce qu'ils veulent, comme dans les films de cow-boys, ils auront la réponse», a-t-il conclu.

    Auparavant, James Mattis a déclaré que la Turquie devait faire un choix et «prendre une décision souveraine.» Et de poursuivre que l'Otan ne pouvait concevoir que la Turquie fasse entrer un système de missiles antiaériens et antimissiles russe dans un pays de l'Otan.

     

    Lire aussi:

    Systèmes US Patriot contre S-400 russes?
    La Turquie dévoile ses raisons derrière l'achat de missiles S-400 russes
    Achat de S-400 russes: Ankara révèle son véritable but
    Tags:
    Patriot (missile), S-400, Mevlut Cavusoglu, Russie, Ankara, Washington, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik