Ecoutez Radio Sputnik
    Le Président Emmanuel Macron lors de sa visite au soldats français déployés dans le cadre de l’opération Barkhane au Mali

    Sahel: Macron indique l’institution indispensable à l’éradication du terrorisme

    © AFP 2018 CHRISTOPHE PETIT TESSON / POOL
    International
    URL courte
    6112

    La France compte sur la force G5 Sahel pour éradiquer le terrorisme dans cette région tout en soulignant la nécessité d’une étroite coopération entre cette dernière et l’Algérie, le Nigéria et le Cameroun. C’est ce qu’a affirmé le Président Emmanuel Macron le 27 août, à l'Élysée.

    Lors de la conférence des ambassadeurs tenue le 27 août à l'Élysée, le président Emmanuel Macron a évoqué la nécessaire participation de l'Algérie, du Cameroun et du Nigeria à la lutte contre les groupes terroristes au Sahel, en renforçant la coopération de ces pays avec la force conjointe G5 Sahel.

    Tout en rappelant que la France a maintenu son engagement militaire au Sahel au travers de l'opération Barkhane, le chef de l'État français a déclaré:

    «nous avons appuyé et accéléré la création des forces conjointes du G5 Sahel. […] Je suis convaincu que notre action militaire sera, en effet, plus efficace encore si elle s'articule mieux avec l'implication des cinq pays du Sahel concernés».

    Le Président français a mis l'accent sur le fait que la force G5 Sahel est la seule qui permettra la stabilité de cette région à long terme, en affirmant qu'il faudra également «renforcer la coopération avec l'Algérie, exposée au même risque terroriste, ainsi qu'avec le Nigéria et le Cameroun, engagés contre Boko HARAM».

    D'une façon encore plus globale, Emmanuel Macron a martelé le fait que «la question du Sahel ne se réglera pas véritablement tant que la stabilité de la Libye ne sera pas assurée». «L'anomie qui règne en Libye depuis 2011 a conduit à structurer des routes organisées de trafic de drogue, d'êtres humains et d'armes. […] Ce sont ces routes qui font vivre aujourd'hui les terroristes et qui les financent», a-t-il souligné.

    Invité à s'exprimer, le 5 juillet, sur les acquis de la diplomatie algérienne depuis l'indépendance et les exploits réalisés en matière de développements humain et matériel du pays, le ministre algérien des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, est revenu sur les questions brûlantes de la situation sécuritaire en Libye et au Sahel, réaffirmant le principe inébranlable de la doctrine de l'armée algérienne de non-intervention en dehors des frontières nationales.

    Expliquant la nature et les domaines où Alger apporte sa contribution dans la lutte contre le terrorisme et la radicalisation dans les pays du Sahel, M. Messahel a indiqué que «l'Algérie apporte une contribution inestimable. Elle le fait à travers la formation d'unités spéciales antiterroristes au Mali et au Niger, la logistique et la formation d'une manière générale [notamment universitaire, ndlr]».

    Lire aussi:

    Affaire Maurice Audin: prélude à une visite plus stratégique de Macron à Alger?
    Les pays africains demandent à l’UE 50 M EUR pour créer des forces antiterroristes
    Malgré les appels du pied de Paris, Alger boude le G5 Sahel. Pourquoi?
    Tags:
    lutte antiterroriste, terrorisme, G5 Sahel, Boko Haram, Abdelkader Messahel, Emmanuel Macron, Sahel, Libye, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik