Ecoutez Radio Sputnik
    New Delhi, image d'illustration

    Les USA menacent l’Inde de sanctions pour un éventuel achat des systèmes russes S-400

    © AFP 2018 SAJJAD HUSSAIN
    International
    URL courte
    525116

    Les États-Unis se sont dits être préoccupés par les projets de l’Inde d’acquérir des armes russes, notamment des systèmes S-400, et reconnaissent la possibilité de l’introduction de sanctions contre ce pays à cause de cela, selon un responsable américain.

    Lors de son intervention à la Fondation Carnegie pour la paix internationale à Washington, le secrétaire adjoint américain à la Défense pour les affaires sécuritaires en Asie-Pacifique, Randall Schriver, a estimé qu'il ne pouvait pas garantir à l'Inde qu'elle sera exemptée de la loi CAATSA (loi sur la lutte contre les adversaires de l'Amérique par les sanctions).

    «Je ne peux pas vous dire qu'ils ne seront pas exposés [aux sanctions, ndlr], que nous ferons une exception. C'est le Président qui prendra cette décision, lorsqu'il fera face à une nouvelle plateforme et possibilité que l'Inde a acquis de la Russie», a-t-il déclaré.

    Le secrétaire adjoint américain à la Défense pour les affaires sécuritaires en Asie-Pacifique a en outre rappelé que Washington se préoccupait des projets de l'Inde d'acheter des systèmes russes S-400.

    L'entente pour l'acquisition de systèmes antiaériens russes S-400 a été conclue entre Vladimir Poutine et le Premier ministre indien Narendra Modi en octobre 2016. L'été suivant, les USA ont adopté la loi sur la lutte contre les adversaires de l'Amérique par les sanctions (CAATSA), qui menace notamment de sanctions secondaires les pays achetant des armements russes.

    Lire aussi:

    L’Inde serait partante pour acheter des S-400 russes
    Achat de S-400: le Pentagone s’attend à ce que l’Inde soulève elle-même cette question
    Livraisons de S-400 russes à l’Inde: qui assumera les possibles sanctions US?
    Tags:
    S-400, Washington, Inde, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik