International
URL courte
8173
S'abonner

La suppression des paragraphes régulant la politique de planification familiale dans le nouveau projet de code civil représente le dernier signal officiel de la part de la Chine, indiquant que la politique démographique du pays devrait subir plusieurs changements fondamentaux dans un futur proche, ont indiqué certains démographes ce mardi 28 août.

Compte tenu de l'évolution de la situation démographique en Chine, les dispositions relatives à la planification familiale intégrées dans les lois actuelles ne seraient pas incluses dans le projet de code civil soumis à la session bimensuelle du Comité permanent de l'Assemblée nationale populaire, relate la Chine Nouvelle.

Le projet révisé sera soumis à une session plénière de l'ANP en mars 2020, à en croire Shen Chunyao, chef de la Commission des affaires législatives du Comité permanent.

Cela témoigne du fait que la Chine pourrait mettre un terme aux limites de naissance, a expliqué Zhan Zhongle, professeur de droit à l'Université de Pékin. «Limiter la naissance est une décision historique qui a bien fonctionné pendant une certaine période donnée, mais qui est maintenant dépassée», a déclaré Zhan au journal The Global Times.

En juillet dernier, la Commission nationale de santé de la Chine avait réuni des experts pour évaluer les effets des mesures d'incitation à la fécondité. L'étude sera probablement achevée d'ici la fin de l'année, selon des médias locaux.

Bien que cela n'ait pas été confirmé par la commission, les démographes interviewés par The Global Times pensent que la Chine pourrait désormais inciter les familles à avoir plus d'enfants.

Lire aussi:

Ces bonnes habitudes à prendre pour perdre du poids, selon une nutritionniste
Un garçon de 14 ans incarcéré pour le viol d’une quadragénaire à Dunkerque
Affaire Traoré: une nouvelle expertise médicale ordonnée par les juges
Il piège sa maison avec des grenades, des cambrioleurs le font condamner
Tags:
enfants, démographie, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook