Ecoutez Radio Sputnik
    Emmanuel Macron

    Salvini et Orban Vs Macron: à scrutin européen, bataille européenne!

    © AFP 2018 Ludovic Marin
    International
    URL courte
    Elliot Lelievre
    22192

    À neuf mois des élections européennes, chaque camp se prépare. Le 28 août dernier, lors de leur rencontre, le hongrois Viktor Orban et l’italien Matteo Salvini ont fait converger leurs positions en vue du scrutin. Macron, attaqué, n’a pas tardé à répondre aux deux hommes. La bataille électorale commence fort.

    Le rêve européen d'Emmanuel Macron a du plomb dans l'aile! Alors que le Président de la République s'est exprimé le 27 août dernier pour défendre l'Union européenne et en faire l'une des priorités de la diplomatie française, l'Italie et la Hongrie ont douché ses ambitions dès le lendemain.

    C'est à la préfecture de Milan, dans le fief lombard du parti de Matteo Salvini, que ce dernier a accueilli le Président hongrois pour une réunion «politique et non institutionnelle». Cette rencontre entre le leader du groupe de Višegrad et le ministre de l'Intérieur italien, actuel homme fort des «populismes» européens, a servi aux deux hommes pour affûter leurs couteaux en vue des élections européennes de 2019.

    ​Alors qu'Emmanuel Macron entend faire de ce scrutin une sorte de référendum pour ou contre l'UE, ses adversaires idéologiques ont accepté le défi. Matteo Salvini n'a d'ailleurs jamais caché son ambition de créer une «ligue des ligues» regroupant les partis eurosceptiques de tout le continent sous une seule bannière pour affronter les élections européennes.

    «Nous travaillons à la construction d'une nouvelle alliance qui exclut les socialistes et la gauche, et qui donne la priorité aux valeurs que nos formations représentent», a déclaré le ministre de l'Intérieur italien le 28 août dernier.

    Un objectif pour lequel il a posé la première pierre avec Viktor Orban. Les deux hommes partagent une analyse d'une Europe scindée en deux avec d'une part les «élites européennes […] pro-immigration» et d'autre part ceux qui militent pour des frontières extérieures étanches.

    «Il y a actuellement deux camps en Europe. Macron est à la tête des forces politiques soutenant l'immigration. De l'autre côté, il y a nous, qui voulons arrêter l'immigration illégale», analysait le dirigeant hongrois.

    Curieusement, Emmanuel Macron semble partager ce point de vue, bien qu'il utilise un autre vocabulaire, parlant «d'opposition forte entre nationalistes et progressistes». Question de sémantique… Quant à Matteo Salvini, il a expliqué que la crise migratoire justifiait des changements profonds au niveau européen et en a profité pour tacler à plusieurs reprises le Président de la République:

    «Changer les traités européens est une priorité de notre gouvernement. Sur l'immigration, nous demandons la collaboration aux pays frontaliers, à commencer par la France. La popularité de Macron est au plus bas, il passe son temps à donner des leçons aux gouvernements étrangers, alors qu'il devrait être le premier à faire preuve de solidarité en rouvrant la frontière à Vintimille.»

    Avant cela, le ministre de l'Intérieur avait inclus Macron dans les «élites européennes financées par Soros» en dénonçant le manque d'attention accordée au «droit au travail, à la santé et à la sécurité».

    ​Ces critiques ont poussé le dirigeant français à répondre depuis Copenhague, où il se trouvait en déplacement:

    «Je ne céderai rien sur nos valeurs. […] Je ne céderai rien aux nationalistes et à ceux qui prônent ce discours de haine. S'ils ont voulu voir en ma personne leur opposant principal, ils ont raison.»

    Ce à quoi Matteo Salvini a répondu, dans ce qui semble être une bataille personnelle par médias interposés entre le Président de la République française et le ministre de l'Intérieur italien:

    «Le premier adversaire de Macron, sondages à l'appui, est le peuple français. Au lieu de donner des leçons aux autres gouvernements, qu'il ouvre ses frontières, à commencer par celle de Vintimille! Et qu'il arrête de déstabiliser la Libye par intérêt économique.»

    À neuf mois des élections, la guerre des européennes a d'ores et déjà commencé et son champ de bataille est vaste comme un continent.

    Lire aussi:

    Élections européennes: Macron, isolé, joue la carte de la diabolisation
    Les eurosceptiques européens pourraient former la «Ligue des ligues»
    Effondrement d’un pont à Gênes
    Tags:
    Viktor Orban, Emmanuel Macron, Matteo Salvini, France, Italie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik