Ecoutez Radio Sputnik
    La rougeole refait son apparition en Europe et aux USA

    Alger-Paris: pourquoi la résurgence de vieilles maladies et y a-t-il un lien entre elles?

    © REUTERS / Ricardo Moraes
    International
    URL courte
    462

    Quelles sont les causes de la résurgence de maladies que l’on pensait éradiquées depuis des décennies, comme le choléra en Algérie et la rougeole en France? Y a-t-il une raison commune qui provoquerait ces deux pathologies et quels sont les moyens efficaces de s’en protéger? Deux professionnelles françaises de la santé donnent leur avis à Marianne.

    La réapparition d'anciennes épidémies, comme celle du choléra en Algérie ou de la rougeole en France, disparues de la scène médicale des deux pays depuis des décennies, inquiète la population qui se demande si cette résurgence simultanée de ces deux maladies graves ne tient pas à une même cause. Dans son édition du 30 août, la revue Marianne a posé la question à deux spécialistes françaises pour savoir quelle était l'origine de cette nouvelle propagation de ces deux pathologies et les moyens de s'en prémunir.

    S'exprimant sur la question de savoir si la réapparition simultanée du choléra en Algérie et de la rougeole en France est causée par un même agent bactériologique, Anne Goffard, virologue à la faculté de pharmacie et au CHRU de Lille, est formelle. «Elles n'ont pas de lien entre elles. Le fait qu'une épidémie de choléra et une autre de rougeole aient lieu en même temps n'est qu'une coïncidence. Les deux maladies ont des origines différentes», a déclaré la virologue.

    Selon la spécialiste, le choléra est causé par une bactérie, la Vibrio cholerae. Cette dernière est répandue à travers toute la planète, «elle entraîne diarrhées, vomissements et nausées et peut causer la mort». «La bactérie existe naturellement dans l'environnement. Ce virus qui peut ressurgir en cas de catastrophes naturelles ou d'intempéries, ou d'un mauvais contrôle du réseau de distribution d'eau», a-t-elle précisé, en laissant entendre cette «dernière possibilité semble prévaloir à Alger».

    Concernant les risques de propagation du choléra en France à cause de sa réapparition en Algérie, la chercheuse a affirmé que «la seule manière dont l'épidémie pourrait se répandre en France serait que des individus contaminés venus d'Algérie la transmettent». «Il y a peu de risques», a-t-elle souligné.

    Cependant, si des cas se déclarent en France, Mme Goffard a estimé qu'il serait nécessaire d'effectuer une distribution de vaccins: «Elle n'aura lieu que pour un très court laps de temps, car le vaccin n'est vraiment efficace que pour éviter l'épidémie, pas la prévenir», a-t-elle expliqué.

    À la différence du choléra, l'épidémie de la rougeole, dont se débat la France, est provoquée par un virus d'origine exclusivement humaine. «Ce qui signifie qu'elle peut disparaître», selon Anne Goffard.

    Selon Sylvie Manguin, directrice de recherche à l'Institut de Recherche pour le Développement, la résurgence de la rougeole en France est due à un problème de vaccination. «Pour ne pas avoir de rougeole, il faut que 95% de la population soit vaccinée. Ce n'est pas le cas aujourd'hui en France», a-t-elle confié à Marianne, en précisant que la seule façon de se protéger contre cette maladie est de se faire vacciner.

    Pour rappel, depuis le début de l'année 2018, plus de 600 personnes ont été atteintes de rougeole en Nouvelle-Aquitaine, en France.

    En Algérie, selon un bilan officiel du ministère de la Santé, le 28 août, l'épidémie de choléra touche 59 patients confirmés parmi 172 personnes suspectées et hospitalisées. La maladie a déjà causé le décès de deux personnes, selon la même source.

    Lire aussi:

    Algérie: après le choléra, une épidémie de rougeole frappe la wilaya d’El Bayadh
    La rougeole refait son apparition en Europe et aux USA
    La France en vigilance renforcée suite à la réapparition du choléra en Algérie
    Tags:
    rougeole, choléra, causes, maladies, Algérie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik