International
URL courte
Meurtre du dirigeant de la République populaire autoproclamée de Donetsk (32)
201252
S'abonner

L’assassinat du dirigeant de la République populaire autoproclamée de Donetsk, Alexandre Zakhartchenko, aurait été organisé par les Forces spéciales ukrainiennes, a déclaré à Sputnik le conseiller de la victime, Alexandre Kazakov.

Les Forces spéciales ukrainiennes seraient derrière le meurtre du dirigeant de la République populaire autoproclamée de Donetsk, Alexandre Zakhartchenko, à en croire les déclarations auprès de Sputnik de son conseiller, Alexandre Kazakov.

«Oui, ce sont elles [les Forces spéciales ukrainiennes, ndlr], car ceux qui ont été interpellés ont fourni des témoignages revendicatifs», a-t-il précisé.

«Nous pourrons communiquer prochainement le nom du dirigeant du groupe ainsi que de l'officier superviseur de cette structure», a-t-il conclu.

Pour rappel, une explosion est survenue ce vendredi 31 août dans un café de Donetsk. Selon les rapports disponibles pour le moment, Alexandre Zakhartchenko a été tué par la déflagration tandis que son ministre des Finances, Alexandre Timofeïev, a été blessé.

Nommé Premier ministre de la RPD en août 2014, Alexandre Zakhartchenko avait été élu à la tête de cette république autoproclamée en novembre 2014 avec 75,5% des voix. Il était marié et avait quatre enfants.

Le ministère russe des Affaires étrangères a également qualifié le meurtre d'Alexandre Zakhartchenko d'attentat terroriste. Les autorités russes se sont déclarées prêtes à accorder leur assistance aux enquêteurs.

Dossier:
Meurtre du dirigeant de la République populaire autoproclamée de Donetsk (32)

Lire aussi:

Nuit de chaos à Argenteuil, des policiers visés par des tirs de mortiers - vidéos
Un 4e État américain autorise la formation des pelotons d'exécution
Nouvelle étape du déconfinement en France: ce qui change à partir du 19 mai
Tags:
meurtre, attentat, explosion, victimes, Alexandre Zakhartchenko, Donbass, Donetsk, Ukraine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook