International
URL courte
10152
S'abonner

Sous prétexte de lutte antiterroriste, les autorités françaises ont renforcé leurs contrôles le long de la frontière avec l’Espagne pour barrer la voie aux migrants venant de la péninsule ibérique, indique El País, qui indique que la majorité des personnes arrêtées sont renvoyées en Espagne en infraction avec la procédure officielle de réadmission.

Cet été, les autorités françaises ont renforcé leur contrôle le long de la frontière avec l'Espagne, plus particulièrement dans le pays Basque. De ce fait, le nombre des personnes qui ont été refoulées vers l'Espagne a été multiplié par quatre depuis le début de l'année, annonce le quotidien espagnol El País.

Une partie de ces migrants est renvoyée en Espagne dans le cadre de l'accord de réadmission signé par Paris et Madrid et bénéficie d'une protection juridique. Toutefois, cette procédure officielle ne s'applique pas à tous. Certains sont renvoyés en Espagne en 20 minutes. De plus, la partie française n'en informe pas les autorités espagnoles, constate le journal.

Selon El País, Paris explique ces mesures par la lutte antiterroriste intensifiée après l'attentat du Bataclan de novembre 2015.

Quant à la police espagnole, elle ne contrôle pas l'expulsion de migrants par la France, alors que les organisations qui doivent assurer leur protection sont surchargées. Ainsi, 3.200 personnes d'origine africaine se sont retrouvées piégées au Pays basque et seules 411 personnes ont été officiellement expulsées.

Lire aussi:

Un très fort bruit d’explosion entendu à Paris et en Île-de-France
Ankara répond à Paris après les propos de Macron sur le Haut-Karabakh
La Défense arménienne publie des photos de l'avion Su-25 abattu par un F-16 turc, selon Erevan
Tags:
lutte antiterroriste, expulsions, migrants, frontière, El Pais, Pays basque, Madrid, Espagne, Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook