Ecoutez Radio Sputnik
    Sergueï Lavrov

    Lavrov: les États-Unis conservent le conflit en Ukraine en «état de tension»

    © Sputnik . Maksim Blinov
    International
    URL courte
    8414

    L'administration de l'ancien Président américain Barack Obama a mis en place le conflit en Ukraine et les autorités actuelles des États-Unis le maintiennent en «état de tension», a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères.

    D'après Sergueï Lavrov, l'administration Trump maintient le conflit en Ukraine, déclenché par l'administration Obama, «en état de tension».

    «Cela s'applique également au règlement des crises internationales et des conflits internationaux: que ce soit au Moyen-Orient, en Afrique du Nord ou en Ukraine, un conflit que les États-Unis sous l'administration Obama ont activement formé et maintiennent actuellement en état de tension, d'abord pour que nous, sur nos frontières, soyons déstabilisés», a-t-il déclaré lors d'un discours devant les étudiants du MGIMO, l'Institut d'État des relations internationales de Moscou.

    Kiev mène depuis avril 2014 une opération militaire contre les républiques populaires autoproclamées de Donetsk (RPD) et de Lougansk (RPL), qui ont proclamé leur indépendance après le coup d'État en Ukraine de février 2014. Selon l'Onu, le conflit a fait plus de 10.000 morts.

    La situation dans le Donbass fait l'objet de rencontres organisées dans le cadre du Groupe de contact de Minsk. Le groupe a adopté trois documents sur les mesures à prendre pour régler le conflit depuis septembre 2014. Mais des échanges de tirs continuent dans la région même après l'entrée en vigueur d'un accord sur le cessez-le-feu.

     

    Lire aussi:

    Les derniers mots des pilotes du Boeing 737 MAX de Lion Air révélés par les boîtes noires
    La France au seuil d’une révolution? Le sondage alarmant de l’Ifop
    «Allahu akbar»: le tout dernier cri du copilote lors du crash du Boeing de la Lion Air?
    Tags:
    Sergueï Lavrov, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik