Ecoutez Radio Sputnik
    Tripoli, Libye

    La diplomatie russe réagit au regain de violence en Libye

    CC BY 2.0 / Varun Shiv Kapur / http://bit.ly/1kMjeYz
    International
    URL courte
    1100

    La Russie appelle les parties en conflit à Tripoli à arrêter des combats qui risquent de plonger la Libye dans le chaos et porter préjudice à sa souveraineté, d’après le ministère russe des Affaires étrangères.

    La Libye risque de perdre sa souveraineté si les parties en conflit ne mettent pas fin aux hostilités, a déclaré lundi le ministère russe des Affaires étrangères suite à plusieurs combats entre des groupes armés à Tripoli qui ont fait de nombreuses victimes.

    «Moscou est préoccupé par la nouvelle flambée d’affrontements à Tripoli. Nous appelons toutes les parties libyennes à arrêter les hostilités, à œuvrer pour le rétablissement du calme dans la capitale et ses environs, et à prendre des mesures pour éviter que le pays ne plonge dans un chaos susceptible de porter préjudice à la souveraineté libyenne», a indiqué le ministère dans un communiqué.

    La Russie est persuadée qu’il faut «régler toutes les questions litigieuses au moyen d’un dialogue constructif», a ajouté le ministère.

    Des combats ont embrasé Tripoli et ses banlieues à la fin du mois d’août. Ils ont déjà fait une cinquantaine de morts et plus de 100 blessés. Quatre cent détenus de la prison d’Ain Zara, un quartier de la capitale, se sont évadés dimanche en profitant du chaos ambiant. Le 2 septembre, le gouvernement d’entente nationale, qui siège à Tripoli, a décrété l’état d’urgence dans la capitale et sa périphérie. 

    Les hostilités opposent les membres de la 7e brigade du ministère de la Défense formé par le gouvernement d’entente nationale, à des milices tripolitaines et notamment à la Brigade des révolutionnaires de Tripoli, qui relève formellement du ministère de l’Intérieur. Les membres de la 7e brigade sont pour la plupart originaires de Tarhouna, une banlieue de Tripoli, alors que les membres de la Brigade des révolutionnaires sont originaires de la capitale.

    L'instabilité politique et sécuritaire règne en Libye depuis la chute de Mouammar Kadhafi, en 2011, chassé du pouvoir par une insurrection soutenue par une coalition militaire internationale. Depuis, le pays est partagé en deux centres de pouvoir. À l'Ouest, dans la capitale Tripoli, se trouve le gouvernement d'entente nationale dirigé par Fayez el-Sarraj, formé avec le soutien de l'Onu et de l'Europe. À l'Est, à Tobrouk, siège le parlement élu par la population locale. Les autorités de Tobrouk agissent indépendamment de Tripoli et coopèrent avec l'Armée nationale libyenne du maréchal Khalifa Haftar, qui mène une guerre d'usure contre les djihadistes.

    L’absence de pouvoir central et d’armée unie a déjà transformé la Libye en plaque tournante de la contrebande et du transit des migrants clandestins entre l’Afrique et l’Europe.

    Lire aussi:

    «Période épouvantable»: un regain de tension en Libye met à mal les intérêts de l’Italie
    Règlement politique en Libye: le parlement de Tobrouk table sur la Russie
    L’Armée nationale libyenne en appelle à Poutine pour régler la crise
    Tags:
    souveraineté, violences, ministère russe des Affaires étrangères, Tripoli (Libye), Libye, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik