Ecoutez Radio Sputnik
    Le Président Abdelaziz Bouteflika

    En limogeant les généraux, Bouteflika a-t-il acté le retrait de l’armée de la politique?

    © AFP 2018 Fayez Nureldine
    International
    URL courte
    Kamal Louadj
    190

    Le Président Bouteflika, avec les changements qu’il a opéré au sein de l’armée, continue son entreprise de professionnalisation de cette dernière en inscrivant son action dans les prérogatives strictes qui lui sont définies par la constitution. C’est ce qu’a rapporté l’agence Reuters, le 3 septembre, citant des sources diplomatiques et militaires.

    La vague de changement ayant ébranlé l'Armée nationale populaire (ANP), décidée par le Président Abdelaziz Bouteflika suite à la saisie, le 29 mai, de 701 kg de cocaïne dans le port de la ville d'Oran, aurait pour but le parachèvement de sa professionnalisation et consacrerait son retrait définitif de la vie politique du pays. C'est ce qu'ont confié le 3 septembre des diplomates occidentaux et des anciens hauts gradés des services de renseignement algériens, ayants requis l'anonymat, à l'agence Reuters.

    Les changements au sein de l'ANP, considérée comme le véritable détenteur du pouvoir en Algérie, qui fait et défait même les Présidents, depuis l'indépendance du pays le 5 juillet 1962, sont ceux qui ont fait couler le plus d'encre. Selon ces sources diplomatiques, le limogeage d'une dizaine de généraux au sein de l'institution militaire «s'inscrivent dans le cadre des réformes entamées depuis quelques années par le chef de l'État pour une plus grande professionnalisation de l'armée».

    «La fin de la mainmise de l'armée sur le pays risque de prendre du temps. Or, les premiers résultats [de la réforme] sont très visibles. Les limogeages qui, d'habitude, soulevaient des vents de polémique deviennent une simple routine», ont-elles estimé.

    S'exprimant sur le même sujet, un ancien officier des services de renseignement algériens, a affirmé que «les militaires avaient l'habitude de limoger et non pas d'être eux-mêmes limogés!».

    «Les décisions qui étaient d'ordinaire prises aux Tagarins [siège du ministère de la Défense nationale, ndlr] sont désormais prises à la résidence présidentielle [médicalisée] de Zéralda», a-t-il précisé.

    Selon Reuters, en concentrant le pouvoir entre ses mains au détriment des militaires, le Président Bouteflika aurait fait de son plus proche cercle dont font partie son frère cadet Saïd, le Premier ministre Ahmed Ouyahia et le ministre de l'Intérieur Nouredine Bedoui, le principal centre de décision dans le pays.

    Dans son édition du 4 septembre, le site d'information Algeriepatriotique avait estimé que les déclarations des sources diplomatiques occidentales et des anciens officiers des renseignements algériens citées par Reuters «tranchent avec les commentaires des principaux soutiens du pouvoir, selon lesquels ces changements (…) s'inscrivent dans le cadre d'un processus "normal ", destiné à injecter du sang neuf dans ces institutions». «(…) au contraire, (…) ces changements traduisent une volonté de "rééquilibrer" les pouvoirs entre l'institution présidentielle et l'institution militaire», continuait le site.

    Pour rappel, l'affaire de la saisie de la cocaïne le 29 mai dernier dans le port d'Oran par les forces navales a suscité une vague de changements dans les corps constitués de l'État algérien, touchant en premier lieu la direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) et la gendarmerie nationale pour finir par l'ANP.

    À ce sandale qui a ébranlé la société algérienne s'était ajouté, sur la scène politique, l'appel du président du Mouvement de la société de paix, Abderrezak Mokri, à l'armée d'intervenir pour assurer une transition politique, laissant ainsi entendre que l'institution militaire aurait opposé un véto à l'idée d'un 5e mandat du Président Bouteflika, jugé trop affaibli par la maladie.

    Face à cette situation préoccupante, aggravée par l'instabilité externe à la frontière est du pays, partagée avec la Tunisie et la Libye, et à la frontière sud limitrophe avec la région du Sahel, où sévissent des groupes terroristes sur fond de grave crise migratoire, le Président Abdelaziz Bouteflika avait appelé, le 20 août, les Algériens à créer un front populaire interne pour garantir la stabilité du pays en prenant exemple sur les éléments de l'Armée nationale populaire (ANP) et tous les autres organes de sécurité.

    Lire aussi:

    L’armée algérienne révèle les coulisses des changements ayant touché son haut commandement
    L’armée algérienne lève le suspense sur les changements ayant touché son haut commandement
    Algérie: que signifie le limogeage du général responsable de l’enquête sur la cocaïne?
    Tags:
    changements, général, constitution, démission, DGSN, Armée nationale populaire algérienne (ANP), Noureddine Bedoui, Ahmed Ouyahia, Abdelaziz Bouteflika, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik