Ecoutez Radio Sputnik
    le ministère russe des Affaires étrangères

    Moscou réagit à la publication des photos des Russes suspectés dans l'affaire Skripal

    © Sputnik . Alexey Kudenko
    International
    URL courte
    15692

    Les noms et les photos des Russes suspectés dans l'empoisonnement des Skripal à Salisbury que la police britanniques vient de rendre publics ne disent rien à Moscou, a déclaré dans la foulée de leur publication le ministère russe des Affaires étrangères.

    La police de sa Majesté a publié des photos des Russes suspectés dans l'empoisonement de Sergueï Skripal et sa fille Iulia à Salisbury. Or, le ministère russe des Affaires étrangères souligne que ni les noms ni les photos des suspects «ne disent quoi que ce soit à Moscou». D'ailleurs, le gouvernement britannique n'exclut pas qu'il puisse s'agir de pseudonymes.

    «Des médias ont publié les assertions de responsables britanniques sur les suspects dans les empoisonnements à Salisbury et à Amesbury. On cherche à les lier à la Russie. Les noms ainsi que les photos publiés ne nous disent rien», a souligné la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

    «Nous appelons de nouveau la partie britannique à passer d'accusations publiques et de manipulations d'informations à une coopération pratique par l'intermédiaire des organes chargés de l'application de la loi», a-t-elle indiqué.

    «De nombreuses demandes à ce sujet de la part de la Russie ont été déjà soumises à Londres. L'enquête sur des crimes si graves et à plusieurs reprises mis en avant par le Royaume-Uni, exige le travail le plus minutieux, une analyse méticuleuse des données et une coopération étroite», a conclu Mme Zakharova.

    La police britannique a lancé ce mercredi un mandat d'arrêt contre deux ressortissants russes suspectés d'implication dans l'empoisonnement de l'ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, en mars dernier à Salisbury.

    L'ex-agent double russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été empoisonnés en mars à Salisbury. Ils ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, avait accusé la Russie d'être derrière leur empoisonnement.

    La Russie a toujours démenti les allégations de Londres. Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down avaient reconnu ne pas être en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans la tentative d'assassinat. Le gouvernement russe a à plusieurs reprises demandé à Londres de lui permettre de participer à cette enquête.

    Lire aussi:

    Sergueï Lavrov qualifie de «bons fantaisistes» les auteurs de l’affaire Skripal
    Photos des Russes suspectés dans l’affaire Skripal: Zakharova dénonce des incohérences
    Faute d’info britannique sur l’affaire Skripal, Moscou promet de s’adresser à Interpol
    Tags:
    empoisonnement, Skripal, Royaume-Uni, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik