Ecoutez Radio Sputnik
    l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC)

    Empoisonnement à Amesbury: aucune trace de Novitchok dans le nouveau rapport de l’OIAC

    CC BY 2.0 / U.S. Army RDECOM Chemical & Biological Center / ECBC OPCW Biomedical Proficiency
    International
    URL courte
    5260

    Deux mois après que Scotland Yard a annoncé que le couple à Amesbury avait été empoisonné par l'agent innervant «Novitchok», l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) présente un nouveau rapport où cette désignation ne figure plus.

    La désignation «Novitchok» ne figure pas dans le nouveau rapport de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) concernant l'incident à Amesbury, a rapporté mercredi le bureau de représentation permanente de la Russie auprès de l'organisation.

    «Dans le document distribué, il n'y a aucun mot sur l'origine de l'agent neurotoxique, la désignation "Novitchok" ne figure pas non plus. En outre, les experts de l'OIAC arrivent à la conclusion qu'il est impossible de déterminer si ce produit chimique appartenait à la même série. Cependant, cela n'a pas empêché le Royaume-Uni de présenter ces informations comme cela l'arrangeait», a-t-on indiqué dans le bureau.

    Le 30 juin dernier, Dawn Sturgess, 44 ans, et Charlie Rowley, 45 ans, ont été retrouvés inconscients dans leur maison d'Amesbury, dans le Wiltshire. Dawn Sturgess est décédée le 8 juillet, Charlie Rowley a repris conscience et a été interrogé par la police.

    Amesbury est située à une dizaine de kilomètres de Salisbury, où, le 4 mars dernier, l'ex-agent double Sergueï Skripal, 66 ans, et sa fille Ioulia de 33 ans avaient été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial.

    Scotland Yard a annoncé que le couple avait été empoisonné par l'agent innervant «Novitchok». Selon la police britannique, une bouteille de l'agent innervant «Novitchok» a été retrouvée lors de recherches à Amesbury dans le domicile de la victime de l'empoisonnement Charlie Rowley.

    Londres a rejeté la responsabilité des deux incidents sur Moscou. La Russie a toujours démenti les allégations de Londres.

    Lire aussi:

    Les derniers mots des pilotes du Boeing 737 MAX de Lion Air révélés par les boîtes noires
    La France au seuil d’une révolution? Le sondage alarmant de l’Ifop
    «Allahu akbar»: le tout dernier cri du copilote lors du crash du Boeing de la Lion Air?
    Tags:
    A234, OIAC, Sergueï Skripal, Amesbury, Salisbury
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik