International
URL courte
411399
S'abonner

Le gouvernement paraguayen a annoncé le retour de son ambassade en Israël à Tel Aviv, moins de quatre mois après son transfert à Jérusalem. Apprenant cette nouvelle, le Premier ministre de l’État hébreu a ordonné la fermeture de l'ambassade israélienne à Asuncion.

Le ministre paraguayen des Affaires étrangères, Luis Alberto Castiglioni, a annoncé mercredi que le gouvernement de son pays avait décidé un nouveau transfert de son ambassade en Israël, de Jérusalem à Tel Aviv, et d'appliquer immédiatement cette mesure.

En effet, si sous l’ancien Président, Horacio Cartes, ce pays sud-américain avait été le troisième à transférer son ambassade de Tel Aviv à Jérusalem,  le nouveau dirigeant, Mario Abdo Benitez, s'est opposé à ce changement, informe l’AP.

À cette annonce, Israël a déclaré qu’il fermait son ambassade au Paraguay, affirmant que cette décision rendrait «tendus» les liens des deux pays.                  

Et, comme le précise l’agence AFP, Benjamin Netanyahu a ordonné la fermeture de l'ambassade de son pays au Paraguay.

«Le Premier ministre a demandé au ministère des Affaires étrangères de fermer l'ambassade d'Israël au Paraguay», cite la source un communiqué du bureau du chef du gouvernement.

En décembre, Donald Trump a rompu avec ses prédécesseurs, reconnaissant Jérusalem comme capitale de l'État hébreu, et le 14 mai, l'ambassade américaine déménagera de Tel Aviv à Jérusalem. Dans la foulée des États-Unis, plusieurs pays d'Amérique latine ont annoncé eux aussi le transfert de leurs missions diplomatiques.

Lire aussi:

Une rixe d’une rare violence filmée en pleine rue à Fleury-Mérogis – vidéo
Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
Après le Covid-19, la Chine voit ressurgir un virus mortel transmis par les tiques
Une «cause extérieure»: le capitaine qui a transporté le nitrate d'ammonium parti en fumée à Beyrouth s’exprime
Tags:
Benjamin Netanyahu, Paraguay, Jérusalem, Tel Aviv, Israël
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook