Ecoutez Radio Sputnik
    A man stands facing towards North Korea at Imjingak park, south of the Military Demarcation Line and Demilitarized Zone (DMZ) separating North and South Korea, on February 19, 2015.

    Il faudrait 200 ans pour déminer complètement la zone démilitarisée intercoréenne

    © AFP 2018 Ed Jones
    International
    URL courte
    2013

    Vu les nombreux problèmes liés au déminage de la zone démilitarisée entre la Corée du Nord et celle du Sud, il faudra au moins deux cents ans pour achever ce processus, selon un représentant de l’Armée de terre de la République de Corée qui a souhaité garder l’anonymat.

    Deux cents ans seront nécessaires pour déminer complètement la zone démilitarisée entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, a déclaré le 5 septembre à la station de radio KBC un représentant anonyme de l'Armée de terre de la République de Corée.

    Le militaire a appelé à créer un centre spécial sur la destruction de mines qui permettrait de se préparer aux projets communs de Pyongyang et Séoul dans la zone démilitarisée de 241 kilomètres de long et de 4 de large.

    Selon certaines informations, depuis la fin de la Guerre de Corée en 1953, plus de deux millions de mines antichar et antipersonnel ont été posées dans la zone frontalière. La principale difficulté du déminage réside non dans le nombre de mines, mais dans le fait que plusieurs cartes des champs de mines ont été perdues. De plus, des torrents et des inondations provoquent annuellement le déplacement des mines. Ainsi, des démineurs seront obligés d'examiner le moindre centimètre de la zone démilitarisée.

    Lire aussi:

    10 postes de garde réduits en miettes par Pyongyang dans la zone démilitarisée (vidéo)
    «L'endroit le plus effrayant du monde» est déminé
    Séoul désormais exempté de certaines sanctions imposées contre Pyongyang
    Tags:
    déminage, mines antipersonnel, zone démilitarisée, guerre de Corée (1950-1953), Corée du Nord, Corée du Sud
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik