Ecoutez Radio Sputnik
    Le coupable de la plus importante cyberattaque de l’histoire dévoilé

    Le coupable de la plus importante cyberattaque de l’histoire dévoilé

    CC0 / TheDigitalArtist
    International
    URL courte
    10320

    Le département américain de la Justice a lancé des poursuites pénales contre le ressortissant nord-coréen Park Jin-hyok dans le cadre de l’enquête sur la cyberattaque WannaCry. Il est également soupçonné d’avoir pris part au piratage informatique contre Sony Pictures en 2014.

    L'informaticien nord-coréen Park Jin-hyok a été inculpé ce jeudi par le département américain de la Justice dans le cadre de l'enquête sur l'attaque informatique WannaCry qui a touché plusieurs pays en mai.

    Selon la déclaration du Bureau fédéral d'enquête (FBI), Park Jin-hyok est accusé d'avoir «fait partie d'une organisation de piratage informatique financée par l'État responsable d'une des plus chères interventions dans l'histoire».

    L'homme est en outre soupçonné d'avoir participé à la cyberattaque contre Sony Pictures en 2014 et au piratage informatique dont la Banque du Bangladesh a été victime en 2016.

    La cyberattaque utilisant le virus WannaCry est considérée comme le plus grand piratage à rançon de l'histoire. L'attaque a fait, selon Europol, 30.000 victimes réparties dans au moins 150 pays depuis le 12 mai.

    Les pirates ont utilisé une faille de sécurité du système d'exploitation Windows initialement exploitée par l'Agence nationale de la sécurité (NSA), EternalBlue, dont l'existence a été révélée en avril par les groupes de hackers appelés The Shadow Brokers et Equation Group.

    Lire aussi:

    Le virus WannaCry n’était qu’un test à l’approche d’une vague de nouvelles attaques
    L’argent des comptes du virus WannaCry retiré trois mois après l’attaque informatique
    Un logiciel capable de stopper le virus WannaCry créé en Thaïlande
    Tags:
    piratage, coupable, cyberattaque, États-Unis, Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik