Ecoutez Radio Sputnik
    Sanctions US

    Comment les États-Unis contournent les sanctions antirusses

    © AP Photo / Susan Walsh, File
    International
    URL courte
    14413

    Tandis que la Maison-Blanche exerce une forte pression sur l’Europe au sujet des sanctions antirusses, les États-Unis se montrent moins catégoriques dès qu’il s’agit de leurs propres contrats, notamment dans l’industrie spatiale, relate le quotidien économique allemand Handelsblatt.

    En dépit des sanctions américaines contre la Russie, les deux pays font toujours des affaires, dont le plus récent exemple est le contrat controversé sur l'achat de quatre moteurs-fusées assemblés par le holding d'Etat russe Energomach pour la société américaine Orbital ATK, selon le quotidien Handelsblatt. Il s'agit en fait de moteurs du type RD-181, une version développée exclusivement pour l'exportation, qu'Energomach devra livrer jusqu'en 2021.

    Les deux pays, poursuit le journal, s'abstiennent de tout commentaire au sujet du montant, bien qu'Energomach ait déjà livré des moteurs, destinés aux étages d'amorçage des lanceurs Antares, à l'aide desquels les Etats-Unis approvisionnent la station spatiale internationale (ISS). Selon Handelsblatt, le premier contrat conclu par les parties concernées prévoyait la livraison de plus de 20 fusées et s'élevait à un milliard de dollars, si bien que ce contrat supplémentaire devrait coûter au moins 200 millions de dollars.

    L'essentiel est que le programme ISS est civil, souligne le quotidien. En dépit de cela, le Congrès américain n'a de cesse ces dernières années de critiquer la dépendance du Pentagone vis-à-vis des technologies spatiales russes sur fond de sanctions antirusses et de relations bilatérales qui vont de mal en pis. Mais dans ce cas, résume le journal, la transaction serait plus importante que la politique: le développement de leurs propres moteurs coûterait aux États-Unis, selon des experts, au moins trois milliards de dollars.

    Les négociations actuelles entre la Russie et les États-Unis sur un achat d'armes posent bien des questions, souligne le journal: fin août, les médias russes ont relaté que les deux pays débattaient de la livraison d'armes légères aux forces de l'ordre américaines. Il s'agit de pistolets de type Osa (Guêpe), qui font partie des «armes non-létales». Depuis 2016, de telles armes sont mises à la disposition des policiers dans l'État de l'Arizona.

    Il est intéressant de noter, poursuit le quotidien, que le producteur d'Osa, Tekhmach, ne figure que sur la liste des sanctions de l'UE, bien que la liste noire des Américains soit bien plus longue. Voici une exception qui remet en cause le principe même de fermeté de la politique des sanctions antirusses, conclue le journal.

    Lire aussi:

    Berlin accuse les USA de contourner les sanctions contre la Russie
    La Russie réalise la première démonstration de ses moteurs-fusées réutilisables
    Les sanctions antirusses risquent de saper le travail des astronautes américains
    Tags:
    sanctions antirusses, commerce d'armes, Europa (lune de Jupiter), États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik