Ecoutez Radio Sputnik
     Nairobi

    Un Chinois traite les Kényans de «singes», ses remarques ne passent pas inaperçues (vidéo)

    CC BY-SA 3.0 / Daryona
    International
    URL courte
    16204

    Un homme d'affaires chinois a été arrêté au Kenya après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo où il compare les Kenyans et leur Président Uhuru Kenyatta à des «singes».

    Un ressortissant chinois, identifié comme Liu Jiaqi et qui a comparé les Kenyans et leur Président à des «singes», va être expulsé, a déclaré le service d'immigration de Nairobi.

    «Son permis de travail a été annulé et il va être expulsé pour racisme», a précisé le service sur son compte Twitter.

    Dans une vidéo de deux minutes et demie partagée sur Twitter et ailleurs, l'homme, qui semble se disputer avec un de ses employés, profère une série d'insultes racistes.

    «Tous, tous les Kényans… comme un singe, même Uhuru Kenyatta. Tous», l'entend-on dire.

    Après la suggestion d'un employé de «rentrer en Chine», l'homme d'affaires réplique de plus belle en (mauvais) anglais: «Ce n'est pas ma place ici. Je n'aime pas cet endroit, des gens comme des singes, je n'aime pas leur parler, ça sent mauvais, et pauvres et stupides, et noirs. Je ne les aime pas. Pourquoi pas (comme) les Blancs, comme les Américains»? Il ajoute ne rester au Kenya que parce que «l'argent est important».

    Des internautes ont réclamé qu'il soit poursuivi, et pas seulement expulsé du Kenya.

    Un porte-parole de l'ambassade de Chine au Kenya, Zhang Gang, a assuré à l'AFP que l'extrait vidéo date de juin. L'homme filmé «a déjà fait l'objet d'une sanction par sa société et s'est excusé auprès de son collègue kényan». Les propos de cet homme «ne représentent pas l'opinion de la vaste majorité des Chinois», a tenu à ajouter la même source.

    Lire aussi:

    Du sexe contre un déjeuner: le fléau de la prostitution infantile au Kenya
    «Ce gars à vélo»: le président kenyan oublie le nom de Boris Johnson (vidéo)
    Au Kenya, 800.000 personnes touchées par les inondations
    Tags:
    racisme, Chine, Kenya
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik