International
URL courte
92327
S'abonner

Jugeant que la résolution de la situation à Idlib est très importante pour garantir la sécurité de toute la région et de la Turquie en particulier, le Président turc a déclaré qu’Ankara garderait une présence militaire dans le pays.

Intervenant à l’ouverture du sommet entre la Russie, la Turquie et l’Iran à Téhéran, Recep Tayyip Erdogan a souligné la nécessite de résoudre la situation dans la zone de désescalade d’Idlib.

«Beaucoup de nos soldats ont été tués, nous avons fait beaucoup d'efforts, mais malgré cela, la situation [à Idlib, ndlr] présente différents risques. Idlib est considérée non seulement comme un facteur géopolitique important pour l’avenir de la Syrie, mais aussi pour la sécurité de notre pays», a-t-il déclaré.

Selon lui, Ankara ne permettra pas aux terroristes de se renforcer près de ses frontières et agira en fonction de l’ampleur de la menace pour la Turquie.

«La Turquie maintiendra sa présence dans cette région [la Syrie, ndlr] jusqu'à ce que l'unité politique, géographique et sociale de la Syrie soit assurée», a-t-il ajouté.

Le 4 septembre, Sergueï Lavrov a annoncé qu'il ne restait plus aujourd'hui qu'une seule zone de désescalade, celle d'Idlib, où sont concentrés plusieurs dizaines de milliers de terroristes, essentiellement membres du Front al-Nosra*.

La semaine dernière, l'envoyé spécial de l'Onu pour la Syrie, Staffan de Mistura, a déclaré que la zone de désescalade d'Idlib abritait environ 10.000 terroristes, dont des membres d'al-Nosra* et d'al-Qaïda* sans compter leurs familles.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Une nouvelle vidéo montre ce qui se passe juste avant la mort de George Floyd
Un drone filme une foule détruire une colonne entière de voitures de police à Philadelphie – vidéo
La taxe qui avait provoqué le mouvement des Gilets jaunes remise sur la table par un conseiller de Macron
Un camion force son passage parmi des manifestants à Minneapolis prêts à lyncher le conducteur – vidéos
Tags:
Recep Tayyip Erdogan, Turquie, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook