Ecoutez Radio Sputnik
    Hassan Rohani, Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine

    Les liens forts entre Moscou, Téhéran et Ankara en Syrie «tracassent les États-Unis»

    © Sputnik . Sergueï Guineev
    International
    URL courte
    11522

    Le sommet entre Moscou, Téhéran et Ankara, contribue-t-il à l’évolution de la situation en Syrie? Sous-entend-il également la création d’un front économique uni visant à résister aux sanctions américaines? Deux experts iraniens sont au micro de Sputnik.

    Le sommet russo-turco-iranien qui s'est déroulé ce vendredi à Téhéran pourrait avoir des implications fondamentales pour le règlement du conflit syrien, estime Hassan Hanizadeh, politologue iranien, expert du Moyen-Orient.

    «Sans aucun doute, le sommet des dirigeants de la Russie, de la Turquie et de l'Iran est un moment charnière pour prendre des décisions importantes sur la Syrie qui aideront les autorités de ce pays arabe à se libérer le plus vite possible des terroristes qui agissent en Syrie en groupes distincts.»

    Selon lui, ce pays «traverse actuellement une période particulière», l'armée syrienne cherchant à mener une opération militaire décisive visant à éliminer les terroristes à Idlib.

    «Par ailleurs, les États-Unis et certains autres pays occidentaux et leurs alliés régionaux s'efforcent de l'empêcher, souhaitant que la ville d'Idlib demeure un bastion des groupes terroristes. C'est pourquoi il y a des menaces provenant des États-Unis, du Royaume-Uni, de la France et d'Israël à l'encontre de la Syrie. En outre, les États-Unis ont même demandé d'organiser une réunion d'urgence du Conseil de sécurité des Nations unies pour analyser la situation à Idlib.»

    Pour l'autre interlocuteur de Sputnik, Afife Abedi, membre du groupe de recherche spécialisé sur la région eurasienne au Centre scientifique pour les recherches stratégiques de l'Iran, la rencontre entre les dirigeants de ces trois États est la continuité des négociations qui ont eu lieu à Astana, à Sotchi et à Ankara, ainsi qu'un «signal important et inquiétant au front des opposants au règlement pacifique en Syrie».

    «Comme on le sait, une coopération fructueuse entre Moscou, Téhéran et Ankara en Syrie tracasse les États-Unis», a-t-il souligné.

    Hassan Hanizadeh a en outre indiqué que les dirigeants de la Russie, de la Turquie et de l'Iran auraient pu aborder la question du renforcement des relations commerciales et économiques de leurs pays pour riposter aux sanctions américaines.

    «Probablement, cette stratégie économique s'appuiera sur le refus total du dollar dans le commerce de ces pays et sur la désignation d'une devise alternative. Donc, ce pas sera une riposte aux actions agressives de Trump à l'encontre de ces pays. Ainsi, les résultats de ce sommet seront d'une grande importance pour la sécurité de la région. En outre, un front économique fort qui pourra affronter les sanctions de Trump sera créé.»

    Lire aussi:

    Pourquoi «le sommet de Téhéran a été un succès»
    Frappes US en Syrie: «Washington veut affaiblir l'armée syrienne»
    Sur quoi se sont entendus les Présidents Poutine, Erdogan et Rohani à Ankara
    Tags:
    terrorisme, conflit, coopération, Donald Trump, Idlib, Syrie, États-Unis, Iran, Turquie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik