International
URL courte
13355
S'abonner

Après l'USS Newport News, le HMS Talent de la Royal Navy est à son tour entré en mer Méditerranée portant une dizaines de missiles de croisière Tomahawk à son bord.

Le sous-marin nucléaire d'attaque de la Royal Navy HMS Talent est entré samedi dans le détroit de Gibraltar, relatent des sites de suivi des activités navales.

Selon ces derniers, le submersible doté de 10 missiles de croisière Tomahawk d'une portée allant jusqu'à 1.600 kilomètres s'est amarré à la base navale de Gibraltar.

Auparavant, le sous-marin nucléaire américain l'USS Newport News avec 12 missiles Tomahawk à son bord était passé par Gibraltar avant de mettre le cap sur l'est de la Méditerranée.

À l'heure actuelle, deux autres sous-marins nucléaires américains, ainsi que les destroyers USS Carney et USS Ross, se trouvent en mer Méditerranée, aussi bien que l'USS Winston S. Churchill, destroyer américain de classe Arleigh Burke entré dans la région le 1er septembre.

D'après des observateurs, les forces navales américaines déployées actuellement en Méditerranée disposent de 148 missiles de croisière Tomahawk susceptibles d'être lancés sur des cibles en Syrie. Les militaires russes estiment que les États-Unis ont l'intention de se servir d'une provocation impliquant des armes chimiques pour effectuer de nouvelles frappes sur le territoire syrien.

Lire aussi:

Un épidémiologiste croit savoir les causes de la mortalité plutôt faible du Covid-19 en Allemagne
Cet aliment contribuerait au vieillissement des artères et à l’apparition de maladies cardiaques
Christine Lagarde précise comment la crise va «changer profondément» les économies
«Homme blanc de droite», «gros cumulard»: une élue LFI n’apprécie pas la nomination de Castex et le fait savoir
Tags:
destroyer, armes chimiques, forces navales, missiles de croisière, sous-marin nucléaire d'attaque (SNA), USS Ross (DDG-71), USS Carney, Tomahawk, HMS Talent, Royal Navy (Royaume-Uni), Syrie, Méditerranée, Gibraltar
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook